© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

lundi 31 janvier 2011

Rencontre, amour et mariage grâce au cinéma...



Régulièrement, les éditions locales de La Voix du Nord mentionnent les anniversaires de mariage les plus importants : 40 ans, 50 ans ou 60 ans de mariage, les noces d'or, de diamant, etc... Il y a ainsi systématiquement des articles où les époux évoquent leur vie commune, leur enfance, leur adolescence et surtout, bien sur, les lieux de rencontre avec l'être aimé... le lieu où s'est produit le déclic, le flash amoureux... On constate souvent, à la lecture de ces articles que la salle de cinéma est le lieu de rencontre idéal où naissent les idylles. C'est ainsi que l'on retrouve par exemple trace d'une salle de cinéma que l'on croyait perdu. Voici par exemple, toutes ces personnes vues ça et là, dans La Voix du Nord (j'ai retiré les noms de famille). Il y en a encore de très nombreux, j'essaierais d'en ajouter au fur et à mesure de mes lectures de la presse quotidienne....
  • Jacques et Clémence de Roubaix se sont rencontrés au Casino de Roubaix en 1942.
  • Albert et Marie-Paule au cinéma Le Central à Ardres en octobre 1958.
  • Roland et Suzette au Casino de Liévin en février 1959. Monsieur ne se souvient plus très bien où, madame si : c'était au cinéma Le Casino. Ils se
  • Mauricette et Jean de Montigny-en-Gohelle. Ils se souviennent de leur rencontre il y a un demi-siècle : « J'avais 18 ans et à l'époque je travaillais au café l'Ambiance à Lens. Jean travaillait dans l'imprimerie de son grand-père non loin de là et il était aussi projectionniste au cinéma Eden de Loison-sous-Lens. Alors, après la dernière séance de 23 h, il passait régulièrement au café. J'avais beaucoup de prétendants à l'époque, mais avec Jean, ça a été le déclic ! » témoigne Mauricette. (Voix du nord du 30/09/09, édition de Lens)
  • Tout a commencé à Grenay, en 1947. Jean taquinait Liliane devant le cinéma grenaysien, en lui subtilisant son foulard. (VdN du 20 / 01 / 10).
  • Monique et Jean se sont dit oui il y a cinquante ans. « Notre première rencontre a eu lieu au cinéma Lily Lemaire, puis j'ai invité Monique au bal Léonie-Lemaire à Noyelles-Godault ». VdN 15 / 01 / 10
  • Victor et Léontine, à Annequin, « Et puis il y a eu cette séance du cinéma du lendemain où ni l'un ni l'autre n'ont vu le film : elle était au parterre, il était au balcon. »
  • Irène et Marcel de Liévin, "Une rencontre au cinéma, où la jeune Polonaise, née en Allemagne mais arrivée à Liévin vers l'âge de 2 ans, travaille le week-end comme placeuse car les salles obscures sont encore dotées de sièges numérotés. « Vous placez quelqu'un deux fois, trois fois et ensuite c'est automatique ! », déclare Irène tout de go. « Marcel était beau garçon, il n'y avait rien à jeter », poursuit-elle gaiement. Le regard espiègle, elle interroge Marcel : « Et toi, qu'est-ce qui t'a plu chez moi ? » « Tes yeux bleus ! »". La voix du Nord en décembre 2010
  • Jacques et Marie-Joseph, de Buire-le-Sec : "On se souvient de notre mariage comme si c'était hier », souligne le couple qui s'est rappelé de sa rencontre, au cinéma de Montreuil, à la fin des années 1950, devant le film Sissi. Ils ont lié conversation et décidé de se revoir."
  • Michel confie : « J'avais 17 ans, j'adorais aller au cinéma à Landrecies, c'est à cet endroit que j'ai rencontré Paulette qui habitait le village, moi j'étais de Noyelles-sur-Sambre ». Extrait d'un article relatant la rencontre de Michel avec Paulette, article d'octobre 2010, Voix du Nord.
  • Pour Yvonne et Marcel de Liévin, l'amour est apparu au cinéma du quartier, le cinéma des Familles. La Voix du Nord, édition Hénin-Carvin du 10 janvier raconte : " Le cinéma était leur "grande sortie". "On avait le droit jusqu'à 17 heures, parce que les allemands étaient là.", se souvient Yvonne. Les amoureux pouvaient rêver aux idoles du grand écran : Georges Guétary, Danielle Darieux et Tino Rossi pour qui Yvonne a gardé une préférence.
    * Le 30 août 2012 : "Andrée et André se sont rencontrés au cinéma américain de Wingles au début de l'année 1960. S'en suivent des sorties régulières chaperonnées par la maman d'Andrée jusqu'aux fiançailles en 1961 puis le mariage le 25 août 1962."
  • Etc... Si vous vous êtes, vous aussi, rencontrés au cinéma. Si cela s'est terminé par un mariage, n'hésitez pas à me contacter, à laisser un commentaire sur ce blog.
Quelques liens de ces articles, en espérant qu'ils ne soient pas brisés pour évoquer ces rencontres :

Jean Mineur, un pionnier valenciennois



En attendant un prochain portrait ici, sur ce blog, du plus illustre des personnalités du cinéma nordiste (illustre car son nom et ses petits films ont enchanté, dans quasiment toutes les salles de France, plusieurs générations de cinéphiles... et ça continue !), voici deux sites présentant Jean Mineur:

Sa fiche Wikipédia... un peu mince : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Mineur




Le site personnel de son biographe, Fabrice Carlier, beau site, malheureusement pas assez de textes, de mises à jour, de documents... dommage...
http://jeanmineur.com/

Légende du 1er document : Jean Mineur fait par ma fille Astrid, âgé de 5 ans et demie !!


mercredi 26 janvier 2011

Bientôt, un livre sur le cinéma à Flines et à Râches



Les livres sur l'histoire du cinéma dans le Nord-Pas-de-Calais sont très rares... Aussi, on ne peut que saluer la prochaine parution d'un ouvrage racontant l'histoire de l'exploitation cinématographique à Flines et à Râches, deux villages entre Orchies et Douai. Lauteur de ce livre est Bernard Warin, qui a déjà réalisé de nombreux ouvrages sur ces communes et sur ce secteur du Nord. Ayant pour titre "le cinéma au village", il est donc intéressant de noter que notre auteur a réussi à composer un livre de près de 100 pages sur ce sujet, c'est dire s'il y a matière !! Et cela montre aussi qu'il y a tant de choses à dire et à partager sur les cinémas de la région.
Après avoir pris contact avec Bernard Warin, celui-ci mentionne que ce livre sera disponible aux alentours du 1er mai pour un prix qui avoisinnera les 16 euros. Outre les 100 pages, le livre proposera de nombreux documents.
Vous pouvez d'ores et déjà pré-commander ce livre, soutenir également le livre régional et l'éditeur (il s'agit de NordAvril). Lors de sa sortie, le blog reviendra bien sur sur ce livre.

lundi 24 janvier 2011

Le cinéma - café Huberty-Favier de Lens



A la Belle Epoque, ce sont les forains et les cinémas ambulants qui possèdent le quasi-monopole de l'exploitation. Cependant les premières formes de sédentarisation du spectacle cinématographique vont se mettre en place. Par exemple, de grands magasins proposent des projections cinématographiques afin d'attirer de la clientèle et faire patienter les enfants lors des courses des parents; Les journaux de l'époque mentionnent par exemple Les Galeries Lilloises dont les publicités indiquent que tous les jours, il y a "cinéma gratis". Cette technique commerciale lilloise a également été pratiquée par les magasins Dufayel à Paris. Outre les grands magasins, c'est dans un autre lieu que le cinématographe va tenter de se sédentariser. Il s'agit des débits de boissons : cafés-concerts, estaminets qui pullulent alors dans notre région. Ces établissements sont très nombreux, un nombre considérable qu'on à peine à imaginer de nos jours (Le Journal de Lens de juillet 1898 mentionne qu'à Lens, il y a alors 409 cabarets et cafés soit un débit de boissons sur huit ménages !!); le cinéma n'est pas le premier spectacle à s'introduire dans les cafés. Entre un verre de genièvre ou un block de bière, on pouvait déjà assister parfois à des spectacles de magie, à des démonstrations de phénomènes. Mais c'est le cinéma, par son pouvoir de fascination et sa facilité d'utilisation, qui va attirer les cafetiers.... Certains cafés font ainsi du cinéma une spécialité qui va peu à peu eclipser leur activité première. Il est ainsi à Lens un établissement où le cinéma, proposé gratuitement, est l'attraction principale. Situé au 76 de la rue de la gare, à la quasi intersection entre cette rue et la place de la gare, ce café est tenu par Mr Huberty-Favier. Le cinéma est une réussite complète et les journaux, tels que le Journal de Lens ou le Petit lensois finissent par dénommer ce lieu le cinéma Huberty, plutôt que café Huberty ! En 1914, l'annuaire Ravet-Anceau mentionne même le cafetier comme gérant du Cinéma des Familles. La nouvelle activité semble ainsi s'être progressivement détaché du café ! Malheuseusement, on ne sait pas comment se déroulent ces projections. Sont-elles quotidiennes ? Est-ce Mr Huberty-Favier lui même, un membre de la famille ou du personnel qui se charge de la projection ? Quelle est la marque de l'appareil ? On sait peu de choses sur les vues proposées mais le cinématographe Huberty propose des vues locales : Le Journal de Lens d'octobre 1910 mentionne qu'on peut venir voir " la population lensoise au cinéma. Mais aussi le défilé de l'Harmonie des Enfants de la Plaine et de la fanfare des mines de Béthune au concours de reims, film d'une longueur de 300 mètres ". A partir de 1909, pour certaines séances, Huberty-Favier quitte son établissement et loue une salle plus importante pour toucher un maximum de public, accroitre sa notoriété et faire de plus amples bénéfices. Il propose ainsi des vues parlantes et des combats de Georges Carpentier. En mars 1912, il est ainsi le seul à diffuser le match Carpentier-Sullivan. Le Journal de Lens mentionne à cette occasion : " Mr Huberty-Favier vient de s'assurer pour un mois, à prix d'or, le monopole pour la région minière du film cinématographié jeudi dernier à Monte-Carlo". Afin de rentabiliser son investissement, les tarifs sont élevés : trois, deux et un franc. Il propose donc plusieurs projections à la Maison des Associations de Lens, mais aussi à Liévin ou à Lillers. Son passage à Lillers montre qu'il emploie du personnel dont un membre est peu recommandable. En effet, La Gazette de Béthune signale en mars 1911 que "mardi, le jeune Maurice Van R., 1 ans, employé actuellement au cinématographe Huberty de Lens, actuellement installé au théâtre de Lillers, s'est livré sur deux fillettes à des actes répréhensibles ". La guerre met un terme aux activités cinématographiques d'Huberty-Favier qui, de nouveau, va se consacrer à la simple gestion d'un café. On retrouve cet établissement reconstruit sur des cartes postales de l'entre-deux-guerres.
D'autres exemples de cafés - cafés-concerts - estaminets ou même restaurants, ont proposé des séances de cinéma au tout début du siècle... Nous en reparlerons très prochainement.

dimanche 23 janvier 2011

Succès complet pour CinéMachina à Roubaix !!





Succès complet pour cette édition 2011 de CinéMachina. Le changement de lieu (du Fresnoy à la Condition Publique) et le changement de date (du 21 juin au 23 janvier) ont été profitables pour cette manifestation organisée par l'ALICC et par la Maison du Cinéma, le tout brillamment supervisé par Daniel Najberg.


Avec plus de 80 mètres de rayonnage proposé, le tout dans une grande salle plongée dans une douce lumière feutrée, CinéMachina a réussi son pari : proposer au Nord de Paris, à proximité de la frontière belge, une bourse-rencontre-brocante sur le cinéma. Vente de projecteurs, d'affiches, mais aussi de produits dérivés, les ventes étaient nombreuses et le public est venu pour déambuler parmi les stands.








video

video

dimanche 16 janvier 2011

Cinémachina : c'est bientôt !!

Réservez votre dimanche : le 23 janvier a lieu la Grande Brocante de CinéMachina. Un événement unique dans le nord de la France à ne pas rater pour els amateurs de cinéma, de pellicules, de vieux projecteurs, de fauteuils à claquettes... Plus qu'une brocante, un voyage dans le temps, un moment délicieux pour se souvenir des moquettes moelleuses, des entractes avec la vendeuse d'esquimaux, des bandes annonces bardées de superlatifs, des tickets de cinéma de forme carré, des "Aaaa" de satisfactoin lorsque la lumière s'éteignait, du rideau-réclame des commerçants locaux... de tout cela et de beaucoup d'autres choses encore, seront au rendez-vous CinéMachina, organisé par Daniel Najberg et la Maison Régionale du Cinéma, dès 9 heures, à la Condition Publique de Roubaix (cliquer sur l'image pour avoir le plan d'accès).
Pour le moment, 21 brocanteurs - amateurs de cinéma se sont inscrits proposant près de 70 mètres de stands. Des collectionneurs de grande renommée feront le déplacement, avec notamment des amis d'outre-Quiévrain. Ce sera très spécialisé cinéma. La tendance pour les foires cinéma est en général à la baisse mais Roubaix, par son emplacement et son rayonnement peut devenir un rendez-vous important.
Un grand merci à Daniel Najberg, organisateur, pour ces quelques infos !!
Bien sur, le blog http://cinemasdunord.blogspot.com sera sur place et accueillera tous les passionnés ou non pour évoquer les salles de cinéma de la région ainsi que les films tournés dans le Nord-Pas-de-Calais ou l'évoquant.

samedi 15 janvier 2011

Un nouveau document sur le Palace de Fourmies



Voici un nouveau document, une carte postale des années 70 ou on voit sur le côté gauche la façade de l'établissement cinématographique de fourmies : Le Palace.
Des souvenirs de cette salle ? Vous avez connu votre épouse (époux) ? Vous avez, vous aussi d'autres documents, photos, programmes ou tickets de cinéma, venez raconter, faîtes partager !!

mardi 11 janvier 2011

Le Cinéma des familles de Frévent

Bourgade rurale d' Artois, tout proche de la Somme, Frévent possédait également sa salle de cinéma comme le montre les deux clichés illustrant ce petit message. Date de création de ce cinéma ? Date de fermeture ? Qui gère ? Quelles sont les petites histoires autour de ce cinéma ? Qu'est-il devenu ? Que sont devenus les propriétaires ? Ont-ils encore de la famille ? Sur Frévent ou ailleurs ? Cette salle est-elle encore dans les mémoires des habitants de cette ville ? Si vous avez des souvenirs, des documents,... Contactez moi !!



dimanche 2 janvier 2011

L'Odéon de Bruay-sur-l'Escaut












Voici une photo et quelques informations d'un petit cinéma de l'agglomération de Valenciennes, Bruay-sur-l'Escaut avec ce cinéma nommé l'Odeon situé 700 avenue Jean Jaures. Nous devons ce cliché et ces infos à Laurent Comar. Un grand merci à lui !!! Précisons tout d'abord que cette dénomination d'Odéon est assez rare dans la région Nord-Pas-de-Calais. A ma connaissance, très peu de salle de cinéma dans notre région porte le nom d'Odéon. Ce cinéma n'existait pas en 1950. En 1960, il a 550 places et il est dirigé par Mr Louis Noy. Idem en 1970 et en 1976. En 1984 c'est Madame Anna Noy qui tient les rènes de ce petit cinéma situé le long d'un parking. C'est alors la dernière salle de cinéma de la ville de Bruay-sur-l'Escaut. Il n'existe plus en 1993 et d'après Google StreetView, c'est aujourd'hui un grand terrain vague... La photo date d'Aout 1996. Vous connaissez ce cinéma, vous avez des souvenirs, contactez moi...
Encore merci à Laurent Comar !!!!