© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

lundi 27 juin 2011

Le Familial de La Sentinelle

Un grand merci à André Olivier qui m'a récemment contacté grâce à ce blog afin de relater l'existence de son cinéma de quartier, le Familal dans la commune de La Sentinelle.

Voici ses souvenirs et anecdotes, ainsi que les recherches qu'il a effectué pour perpétuer la mémoire de ce lieu de vie. Si vous avez d'autres infos sur ce cinéma, si vous apprtenez à la famille Dubois, gérante de l'ancienne salle, des documents, des cartes postales anciennes de cette rue où il se trouvait, je suis preneur, ainsi que M. André Olivier afin d'illustrer cet article.


Le Familial, véritable petite salle unique de quartier, se trouvait à l'angle de la rue Jean Carpezat et de la rue Emile Basly sur la commune de La Sentinelle, dans le Valenciennois. Notre ami André Olivier raconte qu'il y a eu vu un film américain se déroulant au Mexique intitulé « Les clameurs se sont tues », sorti en 1956 (d'ou l'affiche du film pour illustrer cet article à défaut d'avoir la photo de la salle de cinéma). A l'origine cette salle était appelée le cinéma "Rousseau" du nom de son premier propriétaire, puis à partir de 1949, il fut exploité sous le nom de cinéma Familial par Monsieur et Madame Raymond et Jacqueline Dubois jusqu'en 1975, année du décès de Monsieur Dubois. Jacqueline Dubois a poursuivi l'exploitation quelques années en embauchant un projectionniste jusque vers 1984, même si cette date est approximative... A sa fermeture Mme Dubois a travaillé en qualité d'ouvreuse au cinéma "Le colisée" de Valenciennes jusque sa retraite. Au moment de l'exploitation, M.Dubois se chargeait une fois par semaine de ramener les copies des distributeurs lillois pour quelques salles des communes voisines telles que Le Central à Hérin ou Le Poirier à Trith-Saint-Léger. Toutes ces salles sont aujourd'hui disparues, le Central d'Hérin est occupé par une société d'ambulances L'entrée du cinéma était constituée par une simple porte et un long couloir en briques. Le cinéma était en retrait à l'arrière d'un café également appelé café Rousseau par les gens du village.


Vous trouverez ci-dessous le lien Google StreetView montrant l'angle des deux rues. Vous remarquerez sur cette photo de rue, la petite épicerie "l'oranger". Cest précisément l'ancien café Rousseau derrière lequel se trouvait la salle de cinéma, en face de la poste, l'entrée est une porte simple à droite de l épicerie, au dessus de laquelle étaient accrochées, les affiches des films programmés.


http://maps.google.fr/maps?q=rue+Emile+Basly,+la+sentinelle&hl=fr&ll=50.35224,3.482352&spn=0,0.001714&gl=fr&t=h&z=19&layer=c&cbll=50.35224,3.482352&panoid=-N8Z_FE9sk1D_g9tAESB3Q&cbp=12,5.31,,0,1.13

vendredi 24 juin 2011

Des films amateurs des années 60 à Fauquembergues






Le journal hebdomadaire local L'Indépendant nous apprend dans son édition du 6 mai 2011 que la commune de Fauquembergues va proposer des films amateurs tournés à Fauquembergues et à Saint-Martin d'Hardinghem dans les années 60 et récemment restaurés. A la lecture de l'article, on saisit tout l'intérêt qu'il y a de se plonger dans ses traces filmées, encore si nombreuses dans notre région. Un appel concernant ces films, petits bouts de vie sur pellicule, devrait être lancé afin de collecter, de restaurer et de proposer ces vues, véritables témoignages de ce que fut la vie dans notre région depuis l'invention du cinéma...






Cliquez sur l'image pour pouvoir lire l'article.



Vous avez vu ces films, vous êtes dessus, vous possédez vous aussi des images de notre région et vous souhaitez le faire savoir, les restaurer, les proposer pour tous,... contactez moi !!

lundi 20 juin 2011

Les souvenirs de Robert Millon






L'édition héninoise de La Voix du Nord du vendredi 17 juin dresse le portrait de Robert Millon, ancien directeur et ancien projectionniste du cinéma Concorde de Noyelles-Godault. A l'occasion d'une visite guidée des différents cinémas de la communauté d'agglomération Hénin-Carvin, le journal propose les souvenirs si intacts d'un pionnier qui se remémore les pages du Septième Art dans sa commune en souhaitant que cette dernière a l'intelligence d'aller voir Robert Millon avec un camescope numérique et enregister ses propos !! Si vous avez suivi cette visite guidée, si vous l'avez organisé, si vous avez des souvenirs à proposer, contactez moi !

Cliquez sur l'image et l'article afin de l'afficher en grand !

vendredi 17 juin 2011

Un tournage à Merlimont + portrait d'une réalisatrice

Voici un article sur un tournage ayant lieu en ce moment même, à Merlimont. Les grands espaces de la Côte d'Opale sont mis à l'honneur dans une ambiance fin du temps, fin du monde, un peu à la manière de la ville fantôme de Stella-Plage dans une scène des Valseuses de Bertrand Blier. L'article provient de la Voix du Nord du mercredi 8 juin 2011 et est signé Fabrice Leviel. Cet article est accompagné d'un second article présentant Sophie Blondy, jeune réalisatrice née à Lille.



" Sophie Blondy, Iggy Pop et Natacha Régnier, en plein tournage dans les dunes de Merlimont. Jusqu'à la fin du mois de juillet, les caméras de Sophie Blondy seront posées à Merlimont. La réalisatrice tourne là son second long métrage, « L'Étoile du jour ». La rock star Iggy Pop y joue un rôle. Il a passé quatre jours sur la plage de Merlimont, devant les caméras. Quand les riverains de la rue de Douvres à Merlimont plage ont ouvert leurs volets la semaine dernière, ils ont trouvé un chapiteau de cirque planté devant les dunes et une équipe de tournage au grand complet. Un peu surpris, ils ont fini par apprendre que ce chapiteau servait de décor à un long métrage réalisé par Sophie Blondy avec Denis Lavant, Natacha Régnier... et la rock star Iggy Pop. « Iggy Pop ? oui, je l'ai vu à la télé, je crois que c'est un musicien, non ? En tout cas, ça à l'air d'être mon voisin maintenant », sourit le propriétaire de la villa qui jouxte celle où l'équipe a pris ses quartiers. Justement, quand on parle du loup, voilà Iggy Pop qui arrive à Merlimont plage, flanqué de son manager... et qui part aussitôt au maquillage pour en ressortir vêtu d'un costume blanc immaculé pour prendre la direction des dunes où il doit tourner une scène avec Natacha Régnier. Sourire aux lèvres, regard bleu étincelant, la rock star semble prendre un grand plaisir à se trouver là, sur la Côte d'Opale - que l'Américain confond d'ailleurs avec la Normandie - pour quelques jours entre deux concerts. D'ailleurs que fait-il là ? « Je connaissais les films qu'avait tourné Denis Lavant qui joue avec moi sur ce film, explique-t-il. Et, comme acteur il m'avait scotché. Quant à Sophie Blondy, j'avais vu son premier film avec Guillaume Depardieu. J'avais adoré aussi. Elle m'a envoyé son scénario. Là aussi, l'histoire, le caractère des personnages, tout m'a plu. Alors j'ai dit oui. C'est la première fois que je tourne avec un réalisateur en Europe. » Aussi simple que cela. « Moi j'avais flashé sur une de ses affiches, poursuit la réalisatrice. Je le voulais absolument pour ce film, comme je souhaitais aussi qu'il soit tourné sur les plages de la Côte d'Opale. C'est vrai que j'y suis allée au culot, mais il a répondu favorablement avec enthousiasme. » Quant à Denis Lavant, il est heureux de jouer avec quelqu'un qui lui voue une telle admiration : « On ne s'est pas beaucoup parlé, je parle très mal l'anglais et lui, ne parle pas français. Mais on se comprend quand même très bien. Iggy Pop a une présence incroyable... » En attendant, la rock star apprécie visiblement son séjour nordiste, humant l'air de la mer, plaisantant avec les techniciens devant le regard quelque peu surpris des promeneurs et des pêcheurs de crevettes. Mais dès qu'il se trouve dans le champ de la caméra de Sophie Blondy, il se concentre en un clin d'oeil... à des années lumière de sa vie de rock star, qu'il a d'ailleurs repris immédiatement après son escapade sur la Côte d'Opale.




Un film dans l'univers du cirque



Ce deuxième long métrage, cela fait trois ans que la Nordiste Sophie Blondy - elle est née à Lille -, le porte sur ses épaules. « C'est un film qui se passe dans l'univers du cirque, explique la réalisatrice. Il s'agit là d'un cirque vieillot, qui a du mal à joindre les deux bouts et qui est installé au bord de la mer. Il raconte l'histoire d'amour entre un clown et une danseuse, une histoire d'amour contrariée. L'intrigue se déroule autour du cirque. » Le tournage a débuté au début du mois de juin à Merlimont et s'achèvera à la fin du mois de juillet. Tout le film sera tourné dans un périmètre restreint : la rue de Douvres, à Merlimont, où est installé le décor et dans les dunes de Merlimont et de Stella-Plage. Quelques scènes seront également tournées à Berck, à l'institut Calot. « Je voulais absolument que ce film soit tourné dans le nord, parce que c'est ma région. J'adore les grands espaces que l'on trouve ici, sur les plages de la Côte d'Opale », précise la réalisatrice. Outre Iggy Pop « qui joue le rôle de la conscience d'un des personnages principaux, le clown » comme le précise Sophie Blondy, la distribution inclut des acteurs tels que Tcheky Karyo, Bruno Putzulu et les actrices Béatrice Dalle et Natacha Régnier. Sophie Blondy a débuté sa carrière en tant qu'actrice. Elle a tourné son premier long métrage en 1998 : Elle et lui au 14e étage , film qui avait essentiellement été tourné à Amiens. On y retrouvait notamment Guillaume Depardieu, Benoît Magimel et Bruno Esposito. L'Étoile du jour, produit par Jean-François Fonlupt de la société Mon film production, devrait sortir sur les écrans français l'année prochaine.

mardi 7 juin 2011

Petit portrait de Bernard Warin, auteur et collectionneur





Voici un petit article paru récemment dans La Voix du Nord présentant Bernard Warin, auteur d'un ouvrage sur le cinéma à Flines et à Raches et récemment évoqué sur ce blog, montrant sa collection de vieux programmes de cinéma, uniquement des salles régionales. Est-il le seul dans notre région à se passionner pour ces vieux papiers si chargés d'histoire ? Si vous êtes dans ce cas là, n'hésitez pas à me contacter pour échanger, faire connaitre, montrer votre collection, faire partager vos trouvailles.


Pour ma part, je suis surtout à la recherche d'un programme du cinéma Stelliana de Stella-Plage, cinéma estival de mon enfance. Je me souviens d'un programme mensuel, présentant tous les films, série B, nanars et dessins animés, avec des publicités des commerçants locaux, programmes donnés pendant les mois d'été dans les années 70 et 80, notamment au syndicat d'initiative de la station balnéaire. Si vous avez cela dans vos placards, je suis preneur et il est certain que d'autres personnes qui visitent ce blog aimerait en revoir un sur ce site...