© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

mercredi 28 septembre 2011

Salon Son et Cinéma de Merville ce dimanche 2 octobre

Ce week-end, dimanche plus particulièrement, aura lieu le traditionnel salon Son et Cinéma de l'ami Daniel Granval, à Merville. Amis des projecteurs, des affiches anciennes, de photos d'exploitatinos et de la pellicule, venez nombreux !!! Un événement à ne pas rater pour les amoureux du Septième Art !!!



Le site internet du Club-Cinéma qui organise cette manifestation :


vendredi 23 septembre 2011

Le Rex de Haillicourt

Voici une des plus belles salles de cinéma du Pas-de-Calais. Il s'agit du Rex, rue Emile Zola, à Haillicourt, une petite ville près de Bruay-la-Buissière.


Un grand merci au blog qui m'a fourni l'essentiel des informations et l'ensemble des photos. Ce blog est le suivant : http://andredemarles.skyrock.com/

J'ai essayé d'entrer en contact avec son rédacteur (certainement prénommé André et résidant à Marles-les-Mines), mais pour laisser un message sur son blog, il faut s'inscrire auparavant à Skyrock (...qui est loin d'être ma tasse de thé).

Si André, ou un proche, tombe sur ma page et sur ces photos, qu'il me contacte. En tout cas, bravo à lui pour ces si beaux clichés.

Voici les quelques lignes consacrées à ce cinéma dans les pages de ce blog andredemarles :

" ce cinéma se situait entre la fosse 6 de Haillicourt et la fosse 7 de Houdain, aux pieds du "pont des imbéciles". Construit en 1937, son architecture est d'inspiration Art Déco. Il a fermé à la fin des années 80 et n'est réouvert qu'à l'occasion d'expositions. Il est aujourd'hui devenu un centre culturel, sans l'être officiellement."

Dans les années 50, ce cinéma a une capacité de 766 places et a pour concurrents immédiats le Caméo, rue de Lillers et le Casino, rue Roger Salengro. Le directeur de ce cinéma est alors M. Boeuf.


Légende des photos, du haut vers le bas :

- La façade du Rex

- Les projecteurs (2 photos)

- L'issue de secours avec des portes à battants capitonnées

- Le guichet, à l'entrée

- L'accès à la cabine de projection qui se trouve au dessus du guichet de l'entrée.


Vous avez connu ce cinéma ou les autres de Haillicourt. Vous souhaitez apporter un témoignage, une correction, un document (un ancien ticket de cinéma), vous êtes de la famille d'un ancien propriétaire... alors contactez moi !!!






















































samedi 17 septembre 2011

Le Familia Palace de Croix










Un grand merci à Olivier Loste pour ces trois photos superbes du Familia Palace de Croix rue de la gare. Elles montrent une façade impeccablement sauvegardée, mise en valeur. La Familia est l'une des cinq salles que possédaient Croix. La salle était dirigée dans les années 50 par Georges Beudaert et pouvait contenir 630 spectateurs.


L’établissement fut construit en 1926 et pouvait accueillir 650 personnes. Il n’y avait pas d’escaliers de secours. Le 5 mars 1939, un événement s’est produit au cinéma Familia de Croix, rue de la gare, avec un commencement d’incendie, rapidement maîtrisé par l’opérateur. Mais cependant il y eut un début de panique chez les spectateurs avec un bilan de deux morts et de nombreux blessés.


La date de fermeture est inconnue mais en 1984, le bâtiment n'était plus cinéma, mais le rez-de-chaussée était utilisé pour un commerce de bricoles et gadgets. Peut-être la cabine était-elle encore intacte ? Ce n'est que lorsque HSBC a racheté le tout que l'étage a été aménagé, alors qu'il semble qu'il était intact.


Si vous possédez des infos sur cette sallee, si vous en avez des souvenirs, des anecdotes, ou sur d'autres salles de Croix, alors contactez moi !!! Le mail est o.joos@voila.fr


Encore merci à Olivier Loste !!!!

lundi 12 septembre 2011

Journées du Patrimoine : le programme "cinéma"

Lors des Journées du Patrimoine, ce week-end, le cinéma Duplexe de Roubaix propose la projection du film "Pierre et Djemila". Ce film de Gerard Bain a éét tourné en 1986 pour une sortie nationale en 1987.




En voici le synopsis tel que le propose Wikipédia : " Pierre et Djemila, deux adolescents d'une cité HLM de Roubaix, s’éprennent l’un de l’autre, mais leurs amours vont être tragiquement brisées par l’affrontement de leurs familles respectives cultivant préjugés raciaux et extrémisme religieux."


Nous reviendrons plus longuement dans une prochaine fiche sur ce film et ce qu'il montre de la région, et plus particulièrement de Roubaix. On voit en effet dans le film de nombreuses vues de la ville dans les années 80, une ville de briques, de cheminées à l'arrêt, des moyens de transport nombreux, un peu désuet....


A noter que lors de ces journées du patrimoine, l'ami Daniel Granval propose une exposition sur les tournages de films dans la région Nord-Pas-de-Calais à l'Office du tourisme de Merville. Nul doute qu'il y aura certainement des vues de "Pierre et Djemila" dans cette expo qui durera jusque fin septembre.


Dernier évènement "cinéma" pour ces journées du patrimoine, le cinéma Jean Renoir de Douchy-les-Mines, place Paul Eluard, propose à partir de ce mardi 13 septembre et jusqu'à dimanche des grands classiques du cinéma, ainsi que de nombreux documentaires retraçant le passé sidérurgique du denaisis.


Pour toute information, cliquez sur l'image ci-jointe pour un agrandissement, ou allez sur le site du cinéma : http://jeanrenoirdouchy.tumblr.com/


Nul doute que nous reparlerons de cette salle dans les semaines à venir, et comme d'habitude, si vous connaissez cette salle, si vous la fréquentez, si vous connaissez son histoire, si vous y travaillez, etc... contactez moi.


Si vous connaissez une autre manifestation liée au cinéma se déroulant dans la région lors de ces journées du patrimoine, contactez moi !

vendredi 9 septembre 2011

Le Ciné-Club de Valenciennes

Voici un nouveau reportage de Olivier Cheruy consacré au cinéma Ciné-Club de Valenciennes. L'ensemble est composé de nouveaux clichés montrant cette salle et l'intérieur.

Je laisse la parole à Olivier Cheruy :

Durant l'été 2010, j'étais un jour du mois d'août de visite sur Valenciennes, ville d'où je suis originaire et où j'ai vécu pendant 28 ans. Lors de cette marche dans le centre-ville, je passe devant le Ciné Club, situé rue Derrière La Tour, cinéma que j'ai trop brièvement connu, peu avant sa fermeture (je pense vers 2000). Face à la devanture, je me rends compte à ce moment là qu'une des portes d'entrée est fracturée .... et que sans trop de soucis il est possible de se faufiler par ce passage. Quelques instants après, je me retrouve dans le hall, me rendant vite compte que d'autres sont malheureusement passés avant moi, cela à la vue des divers traces de vandalismes (graffitis, verre brisé, détritus....). Je décide de ne pas aller plus loin mais plutôt de revenir quelques jours plus tard accompagné d'un ami. A notre arrivée, il y a apparemment d'autres personnes que nous presente... En effet, quatre ou cinq lycéens sont là en train de faire une partie de cache-cache dans l'enceinte du cinéma (avec des pistolets à billes et des casques de mobylettes). Aucune hostilité de leur part, à la vue de notre appareil photo, ils comprennent que nous sommes là dans un autre but. Après le hall, il y a directement le couloir principal qui permet l'accés aux 4 salles. Il est obstruer un peu plus loin par l'éffondrement d'un mur qui rend difficile le passage de l'autre côté. Pour le sol, je vous laisse imaginer dans quel état il peut être après un abandon de plusieurs années et la villégiature de plusieurs générations de volatiles. La première salle a subit une forte inondation, les rangés de fauteuils sont encore là bien que partiellement arrachées. Un escalier en béton nous conduit à l'étage. Un autre en bois mène au toit mais celui ci est impraticable et visiblement dangereux. Des vieilles affiches jonchent le sol ainsi que des photos d'exploitations. Nous visitons les cabines de projections, toutes vides. Plus aucune trace de projecteurs mais quelques métrages de pellicules trainent au sol. La deuxième salle est dans un état similaire à la première, tandis que les deux autres sont mieux conservées (parcelle non inondée du bâtiment). En effet, les fauteuils ont été dévissés et mis dans les coins face aux murs. Pour ce qui est des écrans, il ne reste plus rien (probablement déchiré par les premiers vandales venus). Nous découvrons ensuite une sorte de petite pièce très sombre où traînent au sol quelques papiers, classeurs ... il s'agit en fait de cahiers avec des dessins d'enfant. J'ignore totalement comment ils se sont retrouvés là. De retour dans l'entrée, il y a une porte qui donne vers un escalier qui descend dans l'obscurité totale. C'est en faite un passage qui ramène à la dernière salle visitée, rien de plus. Le hall du cinéma est maintenant d'un calme curieux, les jeunes lycéens ne sont visiblement plus là car à part la rumeur proche de la rue et des voitures, il règne ici un silence chargé et vide à la fois. Chargé par le passage du public pendant tant d'années dans ce lieu .... mais vide aussi par l'atmosphère de ruine et d'abandon manifeste qui y règne aujourd'hui. Quelques semaines plus tard je repasse en voiture par la rue Derrière la Tour, le passage fracturé a été condamné par des parpaings et sécurisé par une porte maintenant close. Je repense soudain à ma courte exploration de l'autre fois, cette visite du passé, ce moment de vie et de nostalgie qui en évoquait tant d'autres .... et je me rends compte que tout cela est rendu une fois de plus inaccessible par le mur hermétique et stérile de nos souvenirs. Pour ceux que cela intéresse, il y avait un projet de construction d'une galerie commerciale à l'endroit de ce cinéma. Aux dernières nouvelles, cela ne sera pas possible, du fait apparemment à la fameuse crise financière.http://forums.valenciennes.fr/viewtopic.php?pid=6487


Un grand merci à Olivier pour cet article et ces photos, avec l'espoir que de nombreuses personnes réagiront : à qui appartient ce bâtiment aujourd'hui ? Quel en est le devenir ? Quid des souvenirs ? De l'atmosphère ? une date d'inauguration ? De fermeture précise ? Les souvenirs d'anciens projectionnistes ? d'ouvreuses ? de spectateurs ? Si vous aussi vous pouvez faire ce genre de reportage, je suis bien sur preneur !! Contactez moi !!


































































































































































































































lundi 5 septembre 2011

La vente du Familia de Avesnes-les-Aubert




Voici deux articles signés par Fabien Bidaud, et parus dans la Voix du Nord du mardi 23 août sur la vente, plus que contestable (lisez l'article, c'est sidérant...) sur la vente du cinéma Familia dont nous avons déjà parlé dans ce blog. Si vous avez fréquenté ce cinéma, si vous souhaitez réagir à cette vente, si vous avez un mot à dire, alors, n'hésitez pas !! et contactez moi !!


Voici les deux articles et restez bien assis lorsque vous connaitrez le nom de l'acheteur et son rôle dans la commune ! les caractères gras dans l'article, c'est moi qui l'ai ajouté !!


" La dernière séance du cinéma associatif, c'était pourtantil y a plus de deux ans... Alors que son rachat par la mairie a été un moment dans l'air du temps, le bâtiment a finalement été acquis il y a quelques mois par un garagiste local. Au grand dam de quelques habitants qui avaient caressé l'idée de faire renaître un lieu de vie culturel...
La polémique a été relancée il y a quelques semaines par l'intermédiaire d'un texte publié sur le site communautaire Facebook. Son auteur : Laurent Maillard, 40 ans, ancien président de l'association des parents d'élèves des écoles publiques, qui trouve la pilule de la vente de ce monument culturel avesnois dure à avaler. « C'est dommage que cette salle disparaisse. On était quelques jeunes motivés pour monter un projet culturel : aujourd'hui les galas de danse sont par exemple donnés à Cambrai parce qu'on n'a pas d'autre lieu... » Malgré ses contacts avec l'ancien propriétaire, Edmond Waxin, président de la Société d'éducation populaire, et un courrier adressé à la maire du village, Maryse Basquin, afin que la municipalité se porte acquéreur du lieu, l'idée de M. Maillard est retoquée. L'ancien cinéma vient d'être vendu à un garagiste local, Didier Ruelle, qui n'est autre que le premier adjoint de la commune... Ce qui ne laisse pas d'alimenter la polémique. Conflit d'intérêt ? Pas du tout !, hurle Maryse Basquin, excédée qu'on lui reparle aujourd'hui de cette affaire qu'elle juge « classée » depuis longtemps. « Le fait que mon premier adjoint se montre intéressé par le bâtiment n'a pas influencé ma décision, prise fin 2010 », jure-t-elle. D'ailleurs, elle affirme ne pas avoir été au courant des ambitions de M. Ruelle, même si elle le concède : « On pouvait se douter qu'il serait intéressé, vu qu'il avait déjà acheté un parking à côté... » Sa décision, mûrement réfléchie, n'a été guidée que par des contingences financières (lire ci-dessous).

Edmond Waxin confirme de son côté que Didier Ruelle s'était signalé à lui dès les années 1980 pour un éventuel rachat du bâtiment. Et juge que Laurent Maillard et ses amis se sont réveillés un peu tard. « La salle a été déclarée définitivement fermée fin 2008 : nous n'avions plus personne aux séances, indique l'octogénaire. Le problème, c'est qu'une fois que c'est fermé, la commission de sécurité applique les normes actuelles. Alors que lorsque l'activité se poursuit, il y a une tolérance (lire ci-dessous). » Après des années de bénévolat, les membres de sa société n'auraient pas été contre passer le relais à des plus jeunes. Mais pas en les intégrant au sein de leur association. « On voulait vendre, un point c'est tout. On avait construit nous-même cette salle dans les années 1950, après notre travail.
Le problème c'est qu'aujourd'hui, on ne trouve plus de bénévoles, il n'y a plus de dévouement. Si on avait intégré de nouveaux sociétaires, l'activité aurait peut-être tenu un an ou deux, pas plus... » Difficile de jeter la pierre à quelqu'un qui s'est investi sans contrepartie durant un demi-siècle... •
FABIEN BIDAUD


Légende de la photo : Laurent Maillard dénonce la vente de l'ancien cinéma au garagiste voisin.


La vente de l'ancien cinéma a connu moult rebondissements. ...
La mairie a étudié la possibilité de le racheter pour poursuivre une activité culturelle ou même en faire une salle de sport. Le bâtiment était trop étroit pour la 2e option et les travaux, beaucoup trop chers pour la première. « On ne pouvait pas rouvrir en l'état tout était à refaire, dit Maryse Basquin, maire. On en aurait eu pour plus de 350 000 E de travaux. Il y a le coeur et la raison : on ne pouvait pas endetter la commune à ce point. » Le maire se base sur l'estimation faite par « quelqu'un de compétent » dont elle ne veut pas dévoiler le nom.

L'association propriétaire était pourtant prête à faire un geste envers la ville. D'abord estimé à 250 000 E par les Domaines, le cinéma aurait pu devenir propriété d'Avesnes-les-Aubert pour 40 000 E. Finalement, Le cinéma Familia a été cédé contre « moins de 100 000 E », dit Edmond Waxin. « On n'avait pas les moyens d'engager une telle somme pour une rentabilité pas certaine, plaide Mme Basquin. Ici, quand on fait quelque chose, il n'y a jamais personne. Cambrai, Caudry et Valenciennes sont proches et attractifs. » Avesnes ne délaisse pas la culture, assure le maire : « On va réactiver la Maison du patrimoine et peut-être transformer la bibliothèque en médiathèque. »