© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

lundi 29 octobre 2012

Léopold Simons, le Pagnol du Nord !

L Simons
Simons a traversé le XXème siècle. Avec lui, cinéma, théâtre, télévision, presse écrite, dessin... Un touche à tout de génie proche des gens du Nord qui lui servaient de modèles sans tomber dans la caricature. Avec Simons, le Nord a trouvé son chantre et son âme. Pour de nombreux nordistes, amateurs de spectacles, téléspectateurs ou auditeurs d'émissions radios sur Radio PTT Nord ou Radio Lille, Simons est immortalisé par son personnage d'Alphonse dans de très nombreuses pièces comiques, sketchs, saynètes... Son personnage, indissolublement lié à un autre personnage, celui de l'épouse d'Alphone, Zulma, constamment interprétée par Line Dariel, est le César du Nord. L'oeuvre de Simons est immense : une quinzaine de revues, des vaudevilles et des comédies pour la scène. Simons, c'est aussi près de 600 sketchs, des émissions radiophoniques avant l'avènement de la télé régionale qui va faire appel à lui pour le Magazine du Mineur ou l'adaptation de ses sketchs radio.

Simons, s'est d'abord... un coup de crayon. Un talent inné pour le dessin. Né avec le siècle en 1901 dans la capitale des Flandres qu'il ne quittera pratiquement jamais, il fréquente, enfant, le cours du soir de dessin puis, après-guerre, c'est l'école des Beaux-Arts de Lille ! Il est engagé à 20 ans à l'Echo du Nord, le grand journal régionale d'avant-guerre, comme reporter-dessinateur, y faisant croquis, dessins des tribunaux, le sport... Mais après le crayon à papier, c'est le stylo qui le démange et l'envie de retranscrire le patois qu'il adore. Il écrit son premier monologue en patois : "Le martyre du poste à Galène". La saynète est alors récitée le lendemain par Line Dariel, déjà ! Sur la scène de l'Alhambra, la comédienne déclame ce premier spectacle. D'auteur, Simons devient aussitôt comédien l'année suivante et invente Alphone, le pendant masculin de Zulma, toujours Line Dariel.

Trois long métrages sont l'oeuvre de Simons : "Zulma en justice" en 1932, "Le mystère du 421" en 1936, et "Le Fraudeur" en 1938. Ses trois films sont des productions régionales de la maison Bruitte et Delemar. Le premier, "Zulma en justice" est un moyen-métrage, première tentative pour Simons de passer devant et derrière la caméra, de quoi se faire la main avant de passer à deux oeuvres au ton nettement plus sérieux. "Zulma en justice"  raconte le jugement d'une dispute de voisinage dont la prévenue, Zulma ne s'exprime qu'en patois. il est donc nécessaire de demander de l'aide à un traducteur. Simons, présent dans la salle, se propose, provoquant de nombreux quiproquos dans la traduction. Simons se lance dons dans le cinéma avec pour simple moteur, l'envie. Il expérimente, s'essaie à la caméra, dirige des acteurs, transposant ses techniques de théâtre au grand écran. Grâce au succès radiophonique, ce premier film passe sur les écrans régionaux, certainement en première partie d'autres films. Le second film, "Le mystère du 421" est la transposition filmée d'une pièce (encore une analogie à l'oeuvre de Pagnol) : "Au 421" est un estaminet avec chambre à louer tenu par les époux Brassepeninck, dans un faubourg de Lille. Un soir, Alphone joue au piquet avec ses locataires. Elise lit le journal à sa mère qui titre : "une bande de gangsters écume Lille". Arrivent alors deux personnes qui cherchent à se loger. Le premier James, a été sauvé par Zulma pendant la Grande Guerre. Le second, Cavanlcanti, monte se reposer dans sa chambre. Coup de feu ! Il est découvert blessé. Le diamant qu'il portait a disparu...Enquête.  Le troisième et dernier film "simonsien", "Le Fraudeur" a déjà fait l'objet d'une fiche sur ce blog : http://cinemasdunord.blogspot.fr/search/label/films%20ann%C3%A9es%201930
Après guerre, Simons revient à la radio et c'est à la télé dans les premières émissions régionales qu'il va proposer ses nouvelles productions. Mais avec les Trente glorieuses, le brassage des populations, le formidable essor économique et le triomphe de la jeunesse du baby boom, les saynètes de Simons vieillissent. Modestement, l'auteur-acteur-réalisateur-dessinateur... quitte la région en 1979 à 78 ans. L'oeuvre de simons est lié à Lille, à son patois, à ses gueules  et ses traditions. Simons nous montre le milieu ouvrier, celui des ouvriers du textile du quartier lille-Moulins et de la porte des Postes dans les faubourgs de lille-Sud avant que ces quartiers ne se transforme sous l'effet de l'expansion économique, des constructions immobilières et de la crise des années 70 avant leur "bobo-isation" actuelle. Justesse de ton, approche des tics et des habitudes des gens du Nord, Simons a su croquer ses contemporains, tant au cinéma qu'à la télévision. Celle-ci a su habilement se servir de l'homme de spectacle et ainsi faire entrer Simons dans le quotidien par le biais du petit écran.

Le Mystère du 421
Qu'a-t-il manqué à Simons pour s'imposer et devenir la référence nordiste absolu, le Pagnol du Nord. Alors que le célèbre Marcel rayonne alors en France : livres, pièces de théâtre, adaptations au cinéma... Léopold Simons est une véritable vedette dans le Nord et le Pas-de-Calais mais son rayonnement ne dépasse pas les limites des deux départements. Que lui a-t-il manqué ? Des producteurs avec du flair et des moyens suffisants pour le faire connaitre dans la France entière ? Une diffusion de ses trois films exclusivement dans la région ? Ou est-ce lui qui, à cause d'un éparpillement trop important (presse, cinéma, radio...) n'a pas su se lancer dans une aventure cinématographique de longue durée ? Ou alors est-ce l'absence d'une oeuvre littéraire réelle, contrairement à Pagnol, alors que Simons est le successeur d'une tradition orale ? 

Une célèbre émission de la télé régionale animée par Simons
Plus de trente ans après sa disparition, el'souvenir ed' Simons est perpétué par l'association "Toudis Simons" née en mars 1989 qui, malheureusement ne semble pas avoir de site internet. Mais il est possible de les contacter au 194 rue du Bourg à Lambersart.

L'inévitable site de l'INA nous propose des vidéos de Simons : http://www.ina.fr/recherche/recherche?search=simons&vue=Video

1 commentaire:

  1. à propos du Mystère http://archivesdufolk59-62.blogspot.com/2017/02/le-mystere-du-421.html

    RépondreSupprimer