© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

mardi 31 juillet 2012

Yolande Moreau de retour pour un tournage dans le Nord

Yolande Moreau adore le Nord. Elle y a déjà tourné de nombreuses fois, notamment pour un film lumineux sur notre région : "Quand la mer monte". Huit ans après avoir réalisé ce film, l'actrice belge revient dans nos contrées en automne prochain pour tourner son second film en tant que réalisatrice. Le film se dénomme pour l'instant "Henri", mais on sait que bien souvent, les films changent d'appellation au fur et à mesure du tournage et du montage. L'histoire en quelques mots : un colombophile quinquagénaire, propriétaire d'une brasserie se fait aider par une jeune handicapée suite au décès de sa femme pour tenir sa brasserie. Ces deux solitudes vont nouer une relation tendre. Quelques petits commentaires suite à la publication de ce synopsis dans un grand quotidien régional.. Tout d'abord, on ne semble pas éviter les clichés sur le Nord : un coulonneux qui tient une brasserie, ça fait un peu carte postale sur le Nord ou reportage pour le JT de Jean-Pierre Pernaud... Peut-être est-il aussi supporter du Racing Club de Lens ? Fréquente-t-il une friterie au coin de sa rue ? Passe-t-il ses vacances au camping municipal de Stella-Plage ? Seconde réflexion sur l'intrigue du film qui semble bien dans l'air du temps : notre homme va entrer en contact avec une jeune handicapée afin de l'aider ! Une version ch'ti de "Intouchables" ? Un remake-biloute de "De rouille et d'os" ? Certes, il est bien sur beaucoup trop tôt pour en parler et laissons à la réalisatrice césarisée de "Quand la mer monte" faire montre de son talent pour nous laisser conter cette histoire qui semble, sur le papier, sentir un peu le réchauffé puisque le quotidien publie en guise de conclusion du synopsis du film : "ces deux solitudes résignées vont nouer une relation tendre". On aurait pu écrire la même phrase pour présenter "Quand la mer monte"... Le Centre Régional de Ressources Audiovisuelles (CRRAV) va financer en partie le film à hauteur de 175 000 euros. Pour l'heure, on ne connait aucun nom d'acteurs choisis pour cette oeuvre, si ce n'est que Yolande Moreau ne souhaite pas faire parti des acteurs principaux. On ne connait pas non plus les futurs lieux de tournage, certainement actuellement en repérage...

lundi 30 juillet 2012

Un article sur le projet de Cinémathèque


La Voix du Nord, édition Saint-Omer, du vendredi 27 juillet a consacré un article à l'élaboration d'une cinémathèque départementale et/ou régionale dans le nord-Pas-de-Calais. Ce projet avance peu à peu avec la recherche de films amateurs (j'en ai déjà quelques uns...) qui vont permettre de construire une image inédite de notre région et/ou département... Les contacts se font, le projet se monte. Si vous souhaitez de nouvelles informations, n'hésitez pas à me contacter, de m^mee si vous souhaitez soutenir activement ce projet à mes côtés et bien sur, si vous possédez des films amateurs, super8, etc... n'hésitez pas à me contacter. Merci de relayer ces infos si vous connaissez des gens susceptibles de s'intéresser à ce projet, n'hésitez pas à signer la pétition électronique située sur le côté de cette page

pour lire l'article, cliquer dessus !

Le même article a été publié dans l'édition lilloise du quotidien régional ce samedi 11 août afin d'élargir l'audience de cette demande de cinémathèque.

dimanche 29 juillet 2012

Le cinéma Impératrice de Berck-sur-Mer



Le 22 juillet, l'édition  de Montreuil de La Voix du Nord a publié un article sur un ancien cinéma de Berck. Voici cet article en intégralité avec la photo adéquate : 

Le Forum de l'Impératrice est aujourd'hui un bar très couru

à Berck. Mais il fut longtemps un cinéma. Ouvert en 1921, il s'appelait L'Impératrice Gaumont Palace. Il sera longtemps le grand cinéma berckois, avec une très grande salle et un balcon. « La partie avant de la salle est aménagée pour recevoir les allongés qui accèdent par une entrée rue du 11-Novembre. Il était le seul cinéma berckois aménagé pour les handicapés  », rappelle Jean-Max Gonsseaume, historien local. Durant la guerre, il a servi à l'organisation de galas au profit des prisonniers de Berck et des environs. Il reprit ses activités en 1946 avec autant de succès avant un lent déclin avec l'apparition de la télévision. Il ferma en octobre 1987 après 26 500 séances, 8 200 films et plus de cinq millions de spectateurs accueillis.
Le cinéma actuel de Berck, le Familia, se trouvait autrefois près de l'église Notre-Dame des Sables. Il a été inauguré rue de la Marine en 1930 au bord de la rue de l'Impératrice. Cette artère décidément inévitable de la station permettait aussi d'alimenter en spectateurs le Caméo, salle de près de 400 places, située à Berck-Plage au niveau du 14 de la rue de l'Ancien-Calvaire. Le Caméo se situait là où se trouvait l'imprimerie Trollé avant de déménager à Buire-le-Sec. Elle ferma en 1988.
Enfin, le cinéma a démarré à Berck à l'époque du premier casino : l'Omnia Pathé, déjà rue de l'Impératrice, fonctionnait aux prémices du cinéma muet, à la fin du XIXe. Pour la petite histoire, un petit tunnel reliait le casino à l'hôtel Renaissance pour que ses clients puissent s'y rendre en toute discrétion. L'ensemble se situait alors là où se trouve aujourd'hui le square de l'Auditorium. Le casino fut détruit après la guerre 1914-1918.
C'est près d'un autre casino, le Partouche, place du 18-Juin, que le futur du cinéma se prépare à Berck : la première pierre d'un complexe de 3 salles sera posée cet automne pour une ouverture attendue un an plus tard. • A. B.

jeudi 26 juillet 2012

Le Familia de Laventie

Voici la petite salle de cinéma de Laventie, le Familia  qui appartenait dans les années 50 à Mr Raymond Pelsener avec une capacités de 350 places. Ancienne salle du patronage, elle a gardé cette inscription sur le fronton et est devenue aujourd'hui un petit immeuble d'habitation.
Outre ce cinéma, le directeur Pelsener exploitait également la salle de Saint-André-lez-Lille jusqu'au milieu des années 70 et la fermeture de ce cinéma de la Métropole lilloise.

Des souvenirs de ce cinéma ? Vous êtes de la famille de l'ancien directeur ? Vous avez des photos de lui ? Vous y habitez actuellement ? Vous vous intéressez à l'histoire de cette commune ? vous avez fréquenté ce cinéma ? Contactez moi !

dimanche 22 juillet 2012

Un article dans La Voix du Nord sur le Colisée de Roubaix



Ce 22 juillet, l'édition de Lille Métropole de La Voix du Nord propoosait un excellent article sur le Colisée de Roubaix situé rue de l'Epeule. Voici ce bel article :
L'éternelle renaissance du Colisée

Jamais le quartier de l'Épeule n'aura été aussi vivant, exubérant, grouillant de vie

 Sur cette carte postale des années 1950, le Colisée de l'époque (sur la droite) et une vue de la rue de l'Épeule. REPRO OLIVIER JOOS - CINEMASDUNORD.BLOGSPOT.COM

que durant l'entre-deux-guerres. L'industrie textile tourne à plein et les ouvriers parviennent, à coups de grève et de négociations serrées, à obtenir l'amélioration de leurs conditions de vie. Dans ce contexte, les cafés, cabarets, dancings et cinémas fleurissent à tous les coins de rue.
L'Épeule devient l'artère de tous les plaisirs. En 1927, Jean Deconynck, propriétaire du ciné-dancing Le Fresnoy, à Tourcoing, exporte le concept à Roubaix.
Le Colisée, vaisseau art déco pouvant accueillir près de mille spectateurs par séance, reste longtemps le plus grand cinéma de la métropole. En 1951, Henri Deconynck, fils du fondateur, veut faire entrer le spectacle vivant au Colisée, sans renoncer au cinéma. Le public adhère. Quelques années plus tard, c'est le début de la vague « yé-yé », dont toutes les têtes d'affiche passeront sur les planches roubaisiennes. La salle est alors le premier cinéma de France (hors Paris) en termes de fréquentation.

« Olympia du Nord »

Arrivent les années 70, la crise du textile, l'essor de la télévision... Le Colisée doit se réorienter. Henri Deconynck ferme le cinéma et mise tout sur le show-biz. La salle roubaisienne de 1 500 places continue de voir défiler les plus grands noms de la chanson, mais le propriétaire n'y trouve plus son compte. En 1983, la ville de Roubaix rachète l'ensemble et lance de grands travaux pour transformer la salle en « Olympia du Nord ». Le Ballet du Nord, fraîchement créé dans le cadre des politiques de décentralisation culturelle, s'y installe. Sous le contrôle de la ville, le Colisée rentre dans le rang, avec une programmation centrée sur la danse.
Mais les héros ne meurent jamais et, en 2006, la ville lâche le contrôle de l'équipement au profit d'une structure mixte, plus souple et surtout « priée  » de rendre la salle rentable. Pari gagné depuis l'arrivée de Bertrand Millet (ex-patron du Zénith de Lille) et les travaux de modernisation en 2009- 2010 qui permettent à la salle d'afficher trois jauges de 1 100, 1 300 ou 1 700 places. L'an dernier, avec plus de 115 000 spectateurs (et plus de 6 000 abonnés), le Colisée a fait son retour dans le cercle très fermé des dix premières salles de France (hors Paris).
O. H.




samedi 21 juillet 2012

L'Eden de Beuvry

Belle salle de cinéma, bien sauvegardée dans la commune de Beuvry, limitrophe de Béthune. Ce cinéma, anciennement appelé l'Eden, est devenu un immeuble d'appartements comme le montrent les deux photos. L'entrée se faisait bien sur à la porte principale, et la sortie, sur la petite porte latérale, bien visible à gauche avec le store mécanique déroulé, sur la photo du bas. En face de cet ancien cinéma, nous trouvons un immeuble moderne d'appartements, une résidence nommée Eden ! Bien bel hommage qui conserve ainsi la mémoire du lieu.
Ce cinéma appartenait dans les années 50 à M. Loywick et pouvait proposer 558 places. Vous l'avez fréquenté ? Vous avez des souvenirs à faire connaitre et partager ? Vous avez un document ? ticket de cinéma ? carte postale ? photo particulière ? Vous habitez cet ancien cinéma ou à proximité ? Contactez moi !

samedi 7 juillet 2012

"Le temps de l'aventure" en tournage à Calais

Emmanuelle Devos est en tournage à Calais pour le film intitulé "Le temps de l'aventure" réalisé par Jérôme Bonnell, avec, également comme acteur principal, l'acteur anglais Gabriel Byrne. Le synopsis est le suivant : "Entre deux représentations d’une pièce qu’elle joue à Calais, Alix fait la connaissance d’un mystérieux Anglais dans le train qui la ramène à Paris pour la journée. Attirée, elle le suit, l’aime, quelques heures, avant d’affronter ce qui pourrait être une vie nouvelle... ". Il s'agit du 5ème film de ce jeune réalisateur. Ce dernier raconte dans un grand quotidien régional qu'il est venu à Calais, uniquement pour son histoire, mais que ce choix s'est révélé être "une très bonne surprise". Une trentaine de figurants calaisiens ont participé à ce tournage, avec, notamment une nuit dans un hôtel de la ville et deux jours passés au Channel. Des images ont également été tourné dans la ville. 

Si vous avez participé à ce tournage, si vous avez assisté au tournage, vous avez peut-être pris des photos, ou alors un commentaire à faire, alors n'hésitez pas !!

jeudi 5 juillet 2012

Le Cinéma des Familles de Douvrin

Le cinéma à vendre de notre précédent message a désormais un nom : il s'agit du Cinéma des Familles, situé sur l'ancienne place du marais, d'après la dénomination de l'annuaire Bellaye des années 50. Son directeur se nomme alors M. Wargnye-Verkinde et le cinéma a une capacité de 400 places alors que la commune a, à cette époque, 3 707 habitants, montrant bien ainsi le potentiel du cinéma à l'époque.

Un grand merci à l'inestimable Jean-Marie Prévost pour ce cliché où l'on voit le cinéma bien au centre de l'image (n'hésitez pas à cliquer dessus pour l'agrandir), avec, en toile de fond sur la ligne d'horizon, les terrils et des cheminées...

lundi 2 juillet 2012

Un cinéma à vendre !


Notre ami Jean-Marie Prévost nous informe qu'une ancienne salle de cinéma est actuellement à vendre à Douvrin.
Voici le lien :
http://www.jovimmo-immobilier.com/annonce.php?id=10027&lang=

N'hésitez pas à consulter le lien ci dessus, il y a de nombreuses photos de la façade, du terrain et de l'intérieur de cet ancien cinéma, devenu avant d'être mis en vente une supérette...
Si vous connaissez ce cinéma, si vous l'avez fréquenté, si vous habitez à côté, si vous l'avez visité, si vous avez d'autres documents, son nom, le nom de son ancien propriétaire, ses dates d'ouverture, de fermeture,... bref quoique ce soit, n'hésitez pas à me contacter !!!