© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

lundi 31 décembre 2012

Bonne Année 2013 !!

Une très bonne année 2013 à tous ceux qui viennent régulièrement sur ce blog consacré au cinéma dans le Nord-Pas-de-Calais et à ceux qui y viennent de façon passagère, juste pour venir voir de quoi ça parle... et qui y reviennent peut-être...

De vives remerciements et bien sur aussi une excellente année à ceux qui m'aident à trouver des indices, des infos, des salles, des commentaires, des avis toujours intéressants : Jean-Marie Prévost, Bernard Warin, mais aussi Laurent Comar, Philippe Célérier. Que ceux que j'ai oublié m'excusent !!

Depuis plus de 6 mois, la fréquentation de ce blog est en augmentation constante, passant de 3656 visites en juillet à 4213 en septembre, 4702 en octobre, 5472 en novembre pour terminer à 5787 quelques heures avant la conclusion de décembre ! Mon souhait bien sur est que cela continue en dépassant les 6000 en janvier ! Un grand merci aux membres inscrits qui viennent régulièrement et à ceux de passage ! Récemment, le message le plus lu a changé. Alors que pendant des mois, un petit message consacré au tournage de "La vie est un long fleuve tranquille" était largement plébiscité par les lecteurs, c'est dorénavant celui consacré au cinéma Stelliana de Stella-Plage qui est le plus vu avec près de 2820 visites... Pourquoi cette salle ? Mystère,... Mais j'espère que c'est parce qu'elle a laissé de nombreux souvenirs à ceux qui l'ont fréquenté !
2013, nouvelle année ! Mais on ne change pas les fondamentaux : poursuite de l'histoire des salles de cinéma dans la région (et y en a encore !), histoire de l'exploitation (prochain message d'importance, une histoire des distributeurs régionaux), histoire des exploitants (prochain message : l'histoire plus ou moins complète de Arthur Banelle, exploitant ambulant puis d'une salle fixe à Lumbres), histoire des films tournés dans la région (prochainement Welcome), et bien sur les tournages qui ont lieu chez nous, les sorties de films consacrés à la région, les personnalités liées au cinéma (Philippe Noiret, très prochainement), les reportages télé consacrés au Nord et au Pas-de-Calais, les personnalités de la télé du Nord, et bien sur, toujours le vague projet d'une cinémathèque du Nord-Pas-de-Calais qui n'intéressent, semble-t-il... pas grand monde car aucune réaction des élus contactés et peu de signatures pour la pétition lancée en mars dernier (si vous ne l'avez pas fait, ce serait gentil, le lien est situé à côté de ce message, sur la droite de l'écran, en haut). Prochainement aussi, quelques vidéos de salles de cinéma tournées par moi-même dans les années 90. Malheureusement, je n'en ai pas beaucoup, et toujours aussi une quête effrénée des films amateurs tournés dans les années 40 à 70 et qui, peu à peu disparaissent... J'ose espérer que tout cela intéresse du monde, et pas seulement des lecteurs de passage !
A noter dans l'agenda : CinéMachina de Daniel Najberg dimanche 27 janvier à Roubaix ! Nous y serons bien sur !!

jeudi 27 décembre 2012

Les cinémas de Lambersart


Trouvé sur le site de vente aux enchères Delcampe par l'ami Bernard Warin, voici une carte postale ancienne, voir même plutôt une photo privée (!) de la façade d'un cinéma de Lambersart avec quelques personnes prenant la pause, certainement des gens du personnel...
Le haut du cliché nous informe du nom du film : "L'Etrangère"... D'après le site internet MovieDatabase, il existe deux films nommés "l'Etrangère" et qui date approximativement de cette période. Le premier date de 1931 et est réalisé par Gaston Revel et le second est de 1940, film américain, qui est donc passé, peut-être, sur cet écran après la seconde guerre mondiale. D'après Jean-Marie Prévost, vu le style de la photo et les vêtements des personnes, il s'agirait de ce second film... C'est à vérifier.
La photo nous montre 5 personnes posant devant l'entrée : 3 femmes et 2 enfants dont un porté par une des trois femmes. Qui sont-elles ? Quels sont leurs liens avec le cinéma ? Quels sont leurs liens entre elles ?

De quel cinéma s'agit-il ici ? S'agit-il de ce cinéma, le Rex, devenu aujourd'hui une salle de spectacle ? Aucune idée... En tout cas, le Rex est aujourd'hui devenu une salle de spectacle-cabaret nommée Le Canon d'Or ( http://www.estaminetcabaret.com/ ). Le site internet de cette salle nous propose un historique de ce cinéma avec de belles photographies. 
N'hésitez pas à cliquez sur ce lien pour connaitre l'histoire de ce bâtiment : http://www.estaminetcabaret.com/2011/04/lhistoire-du-lieu.html
J'ai reproduit ci-dessous deuxs photos que propose ce site internet. Bravo aux propriétaires de cette salle de spectacle - cabaret de proposer cet historique !
L'oeil de professionnel de Jean-Marie Pévost distingue comme machine de l'ancien cinéma le Rex un projecteur de marque Nurbel, fabricant Lebrun, à Lille, rue Bourignon. Le directeur du Rex en 1963 est Mr Demahieu et la salle pouvait proposer 493 places et était situé au 222 rue de Lille. 

Il existe d'autres cinéma à Lambersart : le Modern, 75 avenue des martyrs d'une capacité de 420 places et dirigé par Mr et Mme André et Josette Sergeant.
Lien google StreetView (il s'agit de la grande bâtisse blanche à droite): 
https://maps.google.fr/maps?q=75+AVENUE+MARTYRS+DE+RESISTANCE+LAMBERSART&hl=fr&ie=UTF8&ll=50.641092,3.023021&spn=0.005675,0.013797&sll=49.601767,2.817668&sspn=1.505937,3.510132&t=h&hnear=75+Rue+Martyrs+de+R%C3%A9sistance,+59130+Lambersart,+Nord,+Nord-Pas-de-Calais&layer=c&cbll=50.641069,3.022971&panoid=T1Mgqx1Pv58fOOfowhTCVQ&cbp=12,91.76,,0,4.33&z=16
Autre cinéma de Lambersart, le Progrès, 234 avenue de Dunkerque, 500 places. Le directeur est, pour l'instant, inconnu...
Lien StreetView :
https://maps.google.fr/maps?q=234+Av.+de+Dunkerque,+Lambersart&hl=fr&ll=50.635554,3.027163&spn=0.01135,0.027595&sll=49.601767,2.817668&sspn=1.616363,3.510132&oq=234+av+de+dunkerque&t=h&hnear=234+Avenue+de+Dunkerque,+59000+Lambersart,+Nord,+Nord-Pas-de-Calais&layer=c&cbll=50.636474,3.025807&panoid=BqkLv1XbhK26CEYnNlUnIw&cbp=12,213.22,,0,-3.36&z=15

Il y avait également le Jeanne d'Arc, au 6 rue des Blanchisseurs. Cette salle était dirigée par Michel Galet. Elle existait déjà en 1947. Apparemment disparue, elle est introuvable sur Google StreetView.

Autre cinéma, le boufflers au 27 avenue Auguste Bonte, 450 places, avec pour directeurs Mr R. Dhainaut et G. Van Troy. Mais la salle est aussi introuvable sur StreetView...
Un grand merci aux amis Bernard Warin et Jean-Marie Prévost, tous deux complices de ce blog, souvent à l'origine de trouvailles présents sur ce site !

mardi 18 décembre 2012

Le cinéma de Loos-en-Gohelle

Un internaute, René Zalisz nous propose quelques informations sur le cinéma de Loos. Il est également à la recherche d'informations sur ce cinéma afin de réaliser une étude sur les activités culturelles à Loos dans les années 50 pour le début de l'année prochaine. Il est donc à la recherche, si elles existent, d'une ou plusieurs photos intérieures du cinéma qu'il y avait rue Pasteur à Loos-en-Gohelle, petite commune minière au nord de Lens. Cette salle s'appelait, d'après les souvenirs de notre ami internaute, le Caméo. 

Le bar de l'entracte s'appelait Chez Z'Baron. C'était une petite salle sans balcon de 100 à 150 places "à vue de nez", avec des rangées de fauteuils pliants en bois sans coussins au confort spartiate. Il a « tourné » jusqu'en 1960-1967, puis il est devenu une salle de réception. D'après les souvenirs de notre ami loosois d'origine, c'est dans cette salle où, pour son 8° anniversaire, le 3 mars 1957, il a vu son premier film : Les Soucoupes Volantes attaquent !!! 
Seul document pour l'instant disponible, en possesion de notre ami internaute, une photo du bâtiment cinéma Caméo (il s'agit des trois fenêtres sur la droite) et le bar "Chez z'Baron" (la porte et les trois marches). La photo date des années 1922-1926. Comme de nombreuses communes minières à proximité de Lens, Loos-en-Gohelle avait été complètement détruit en 1915 et reconstruit par la suite. Pas une seule maison n'était debout. Le cinéma a été installé plus tard dans les années 30 (à vérifier).
La carte postale jointe à ce message provient du recueil de cartes postales anciennes de Louis Hermant, malheureusement décédé prématurément peu de temps après la publication de son livre en 1991.

Vous connaissez ce cinéma ? Vous avez des documents sur ce cinéma ? Souvenir de séance ? anecdotes ? Vous connaissez des noms, vous possédez des photos perso ou on devine ce cinéma,... Quoique ce soit, contactez moi !!

lundi 17 décembre 2012

Pas d'évolution sur le projet de cinéma à Béthune

La Voix du Nord de ce week-end nous relate le conseil municipal de Béthune de la semaine dernière. Au menu, la question du cinéma en centre-ville et l'absence totale de complexe dans cette ville. Voici ce qu'annonce le quotidien :
 
Le groupe "Aimer Béthune" présent au conseil municipal s'asbtient sur le cinéma.- On aurait pu croire qu'après près de 10 ans d'abstinence, le projet de cinéma remporte l'unanimité. Eh bien non. André Delhaye a un doute sur la société Étoile cinémas développement et au nom de ce doute, le groupe Aimer Béthune s'abstient. « Qui sont ces gens ? La société mère n'a pas publié de comptes annuels depuis 2009 et en 2009, les fonds propres étaient négatifs, à hauteur de 161 600 E. Par ailleurs, on n'a pas eu de commission pour parler de tout ça. C'est malheureux parce que ça dure depuis quatre ans et demi. » Stéphane Saint-André saisit la balle au bond. « Si vous voulez qu'on attende encore dix ans... La société Étoile cinémas existe depuis un moment et est solide. » Daniel Boys apporte sa pierre. « C'est une référence en matière cinématographique comme aucun aujourd'hui. Ça me désole que sur un projet aussi attendu, on mène des combats d'arrière-garde ! » André Delhaye n'en démord pas. « Si un jour on a des problèmes avec ce dossier, je vous aurais alertés ! »
 
Les béthunois seront donc encore nombreux et pendant de nombreuses années encore à fréquenter le Méga CGR de Bruay...
 

mardi 11 décembre 2012

Destruction de l'Union et Solidarité de Somain


La Voix du Nord dans son édition du 2 décembre 2012 nous apprend la prochaine destruction de l'ancien cinéma de centre-ville de Somain : l'Union et Solidarité ! Symbole de la ville et des valeurs républicaines chères à son concepteur, la dispartion de cette salle va probablement rappelé des souvenirs aux Anciens de la commune. Qu'ils nous écrivent pour raconter ces anecdotes, nous proposer des documents, cartes postales anciennes... Nous reparlerons très prochainement de cette salle qui ne sera bientôt qu'un souvenir, en espérant que la municipalité de Somain gardera la trace de cette salle par le nom de la résidence qui y sera construite !
 
Voici l'article de La voix :
Les bâtiments qui abritaient l'ancienne salle du cinéma Union et Solidarité vont bientôt disparaître
du paysage du centre-ville pour laisser place à des logements neufs qui seront réalisés par un promoteur privé. Le projet est aujourd'hui ficelé, les transactions ont été menées et les autorisations de démolir et de construire délivrées.
C'est avec l'initiative de Victor Brachelet, maire de l'époque, que le cinéma Union Solidarité a vu le jour en 1930. Victor Brachelet en sera l'administrateur, et rentabilisera au mieux l'exploitation de cette grande salle de projection au point d'en tirer suffisamment de bénéfices pour financer la construction de l'hôpital, de l'hospice, de la maternité de Somain, du château d'eau, de l'aménagement du boulevard Louise-Michel et de la construction du premier théâtre qui sera détruit en 1944.
Après l'arrêt, en 1977, de l'exploitation de cette salle de cinéma qui comptait 1 300 places et qui connut la gloire durant plusieurs décennies, c'est l'annonce de sa démolition qui devrait en émouvoir plus d'un tant ce bâtiment mythique évoque des souvenirs chez les plus anciens. Mais que chacun se rassure, l'immeuble de façade et l'activité existante restent préservées et continuera à arborer fièrement le sigle « Union et Solidarité ».

Vingt-six logements

Pour Jean-Claude Quennesson, c'est une page qui se tourne même s'il se réjouit d'avoir été entendu par les maîtres d'ouvrage qui ont manifesté une réelle volonté d'inscrire leur projet dans la logique d'aménagement du centre-ville. Ses souhaits sur les conditions d'accessibilité ou d'environnement ont été pris en compte. « L'architecte a fait preuve de beaucoup de savoir-faire et d'ingéniosité afin de répondre à nos attentes », ajoute l'élu.
Ce projet prévoit la construction d'un immeuble de 26 logements sur quatre niveaux, voués à la vente dont deux type 4 et vingt-quatre type 2. Le promoteur a aussi pris l'option d'équiper le nouveau bâtiment d'un ascenseur et de prévoir des emplacements judicieux de parking sur la parcelle. Le projet devrait être finalisé courant 2013. •

lundi 10 décembre 2012

L'Olympia de Sallaumines


L'Olympia de Sallaumines... Avant et après...
Alors que le grand cinéma sallauminois dénommé Apollo et faisant parti du circuit Bertrand se trouve à quelques dizaines de mètres, l'Olympia se dresse fièrement sur la Route Nationale.
Dans les années 50, cette salle pouvait accueillir 851 places, soit près de 400 de moins que son concurrent immédiat, situé à proximité. L'Olympia était alors géré par Mr Charruet.
La carte postale ancienne est étonnante parce qu'elle est belle et qu'elle révèle un état d'esprit. La petite troupe posant devant l'entrée du cinéma interpelle : sont-ce des clients du cinéma ? des clients du café à l'entrée de cette salle qui proposait également un débit de boissons ? Les jeunes sont très présents sur cette photo, mais aussi des ouvriers à casquette, certainement des mineurs omniprésents à Sallaumines. On perçoit aussi très précisément l'affiche du film alors proposé, même si on ne peut pas lire le titre du film. La grille en fer est l'entrée précise de la salle et les deux garçons, de dos, essayant de regarder le programme ou des affiches, sont touchants.... On voit aussi sur le fronton de la salle une belle rosace en demi-cercle, rivalisant avec le buste d'Apollon sur le cinéma Apollo pas loin, on s'étonne aussi de l'inscription Olympia, tout en courbes (regardez en zoomant le C de cinéma et le O de Olympia). Cette cartouche où était inscrite le nom du cinéma est toujours visible de nos jours, et ce bâtiment s'est fondu dans le paysage urbain. Les dates de naissance et de fin d'exploitation de l'Olympia me sont, pour l'instant, inconnus...

Le bâtiment est toujours là, même si la salle, comme on le distingue sur le cliché ci-dessous a été amputée à l'arrière...

Un grand merci à Bernard Warin pour la carte postale ancienne.



Lien google StreetView pour voir l'ex Olympia :
https://maps.google.fr/maps?q=sallaumines&hl=fr&ll=50.419998,2.861835&spn=0.000002,0.000862&hnear=Sallaumines,+Pas-de-Calais,+Nord-Pas-de-Calais&t=h&z=20&layer=c&cbll=50.419998,2.861835&panoid=Jc6bWxmqrBzyXFSBtxfzbQ&cbp=12,87.96,,0,-7.61

Vous avez fréquenté l'Olympia ? Vous en avez un souvenir ? Vous y avez travaillé ? Vous faites parti de la famille des anciens exploitants, notamment de Mr Charruet ? Vous avez des photos ? Un avis à donner, une anecdote sur la concurrence entre ces deux salles ? Vous êtes de la ville de Sallaumines ? Racontez... Contactez moi !!

mercredi 5 décembre 2012

Le blog cinemasdunord dans La Voix du Nord !


Ce mercredi 5 décembre, le blog cinemasdunord a eu l'honneur d'être une nouvelle fois cité dans la rubrique hebdomadaire "blogosphere" en avant-dernière page de La Voix du Nord ! Trois ans après la première mention du blog, celui-ci est à nouveau cité, mentionnant au passage toutes les évolutions depuis ces trois dernières années : acteurs et réalisateurs natifs de la région, les films tournés dans le Nord-Pas-de-Calais, les tournages en cours, la vision du Nord au cinéma à travers les thèmes évoqués, et depuis peu, la télévision... sans oublier sa vocation première : l'histoire de toutes les salles obscures, ville par ville, l'histoire et l'actualité du cinéma dans les villes. En trois ans, de nombreuses choses ont été publié, et pourtant, nous sommes loin d'avoir raconté et proposé toute l'histoire du cinéma dans notre région, ni sauvé ce qui peut encore l'être (je pense notamment aux bobines des cinéastes amateurs, mais les acteurs politiques départementaux et / ou régionaux semblent bien sourds face aux revendications légitimes de sauvegarde de ce type de patrimoine. On le regrettera le moment venu lorsque tout aura disparu ou sera parti vers Paris puisque l'INA entreprend cette démarche. Tant mieux... mais quel gâchis pour notre région !).
En souhaitant que de nouveaux internautes découvrent ce blog avec cet encart dans le grand quotidien régional.

Un grand merci à La Voix du Nord de m'avoir sélectionné comme "blog de la semaine" une seconde fois. 

lundi 3 décembre 2012

Le Foyer de Thumeries passe en numérique

Lentement mais surement les cinémas de la région passe en numérique. Après le Travelling de Courrières, c'est au tour du Foyer de Thumeries de connaitre cette révolution. Les bobines lentement laissent la place aux ordinateurs et le roulement de la machine lançant le film...
La Voix du Nord, grâce à un article de Anne-Gaëlle Dubois, nous propose un beau portrait de l'exploitant de ce cinéma, en lien avec cette mutation technologique.
Si vous avez un avis à donner sur le Foyer (nous reparlerons de l'histoire de cette salle plus tard), un avis sur le numérique, si vous connaissez des cinémas dans la région utilisant encore bobines et pellicules, contactez moi ! 

 Les piliers du Foyer: S. Vandierendonck (président), R. Reffas (projectionniste), et son fils Lucas.
Les piliers du Foyer: S. Vandierendonck
(président), R. Reffas (projectionniste),
et son fils Lucas


Le Foyer à Thumeries, c'est un peu le cinéma Paradiso, l'accent sicilien en moins, la convivialité du village ch'ti en plus. C'est là que Rachid Reffas a appris à projeter des films en 35 millimètres, haut comme trois pommes. Il n'avait que 11 ans, mais le projectionniste de l'époque, Fernand Carpentier, avait remarqué ce gamin qui ramassait les bouts de pellicules. Rachid avait supplié ses parents de le laisser monter en cabine et avait appris son futur métier... En 1994, à la retraite de Fernand Carpentier, le petit Rachid devenu grand a été engagé par la ville comme projectionniste. Il y est toujours. « C'est beaucoup de boulot mais c'est passionnant ! »

Aujourd'hui, c'est Lucas, 7 ans, le fils de Rachid et Laurie Reffas, qui sait mettre en marche le projecteur, vieux de 19 ans, mais qui fonctionne à merveille. Pourquoi le remplacer alors ? « C'est bien simple, les distributeurs ne font plus de copies argentiques en 35 mm. C'est moins cher de ne produire que du numérique... », confie Rachid. Depuis janvier, l'association Arts et Loisirs, qui gère le petit cinéma, rame pour faire une programmation qui se tienne. « On a été obligé de ressortir de vieux films, ça s'est ressenti sur le nombre de spectateurs  », analyse Sébastien Vandierendonck, président de l'association, très attaché lui aussi au petit cinéma où il a aussi appris à projeter des films comme bénévole (il est par ailleurs directeur général des services de Thumeries).

Deux options s'offraient : soit, rester sur l'argentique avec uniquement de vieux films et à terme fermer les portes du Foyer ; soit, investir dans le numérique. Le nouveau projecteur numérique a été terminé d'être installé hier... Mais jusqu'au mois d'octobre, l'association a bien cru qu'elle n'arriverait pas à réunir les 100 000 E nécessaires et à avoir le soutien de sa banque. Grâce au Centre national de la cinématographie (qui apporte 50  000 E), mais aussi le conseil régional (27 000 E), la réserve parlementaire du député Thierry Lazaro (10 000  E), l'association a pu boucler le budget.
La « bête », le nouveau projecteur, est entièrement dirigée par un ordinateur. « C'est un crève-coeur de voir la mort de la pellicule,confie Rachid Reffas. Le métier va vraiment changer, le montage des pubs se fera à l'ordinateur, mais il faut vivre avec son temps  ! Le rendu à l'image sera meilleur. On a aussi investi pour un meilleur son. Je pourrais quasiment tout faire d'en bas sans monter dans la cabine !
 » Le tournant numérique marquera aussi la fin d'un métier, celui de Jacques Legrand, de Moncheaux, qui s'occupait de la manutention des projecteurs 35 millimètres. Thumeries aura été son dernier chantier. À 61 ans, il partira à la retraite avec la fin des bobines de films... Quoi qu'il en soit, Sébastien Vandierendonck pense à l'avenir : « On va mettre le paquet pour renflouer les caisses, proposer des films en sortie nationale. On fera aussi de la 3D mais uniquement quand les films en vaudront vraiment la peine. » Ce week-end, James Bond est à l'affiche. De quoi rivaliser largement avec les multiplexes, avec un prix bien plus accessible !