© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

mardi 29 décembre 2015

Un ancien ticket du Casino de Hautmont

L'ami Bernard Warin nous propose cette fois un ancien ticket du cinéma Le Casino de Hautmont, trouvé sur le site de vente Delcampe... Si quelqu'un a des souvenirs de ce cinéma, une idée de la date de ce ticket qui mentionne que les projections se font cette fois en version sonore (un ticket d'avant la seconde guerre mondiale ? )
Les autres posts concernant le Casino de Hautmont et les cinémas de cette ville : 
http://cinemasdunord.blogspot.fr/search/label/Hautmont

jeudi 17 décembre 2015

Un programme d'un cinéma de Péronne

L'ami Bernard Warin nous propose un très beau document d'une cinéma de Péronne, dans la Somme. Il s'agit d'un programme qui date de mars 1922 Ce jour là, le cinéma Devillers (toute information sur ce cinéma, sa localisation, ses propriétaires, son année d'ouverture et de fermetures sont les bienvenues) propose une séance au bénéfice des anciens combattants de la Grande Guerre afin de récolter des fonds pour l'érection du monument aux morts de la commune. Le programme nous annonce deux séances : une en soirée le jeudi 09 mars et une autre en matinée le dimanche 12. Difficile à la lecture de ce programme de savoir ce qui relève du domaine de la projection d’œuvres cinématographiques par rapport aux chants lyriques, chansons et pièces d'orchestre.
D'après l'ami Jean-Marie Prévost, le café cinéma Devillers a été vendu en 1923, d'après un document retrouvé du greffe. Mais la page d'un annuaire de 1933 de la ville mentionne que ce cinéma existe Place Saint-Sauveur. Malheureusement, le nom du propriétaire est illisible, mais ce n'est plus Devillers. 



mercredi 9 décembre 2015

Disparition de David Douche, acteur de "La Vie de Jésus"

Ce mercredi 9 décembre 2015, la Voix du Nord a annoncé la disparition de David Douche, acteur amateur et figure emblématique du film de Bruno Dumont, "La Vie de Jésus", tourné à Bailleul en 1996.



vendredi 27 novembre 2015

Un nouveau tournage à Saint-Omer

La Voix du Nord édition de Saint-Omer nous annonce le prochain tournage d'un film de Patrice Leconte dans la cité audomaroise. Ce film basé sur l'histoire vraie de "mamie loto" se déroulera prochainement et aura pour rôle principal Josiane Balasko. Il sera intéressant de savoir comment sera traité cette triste histoire qui a marqué les esprits de ce secteur de la région et qui a été relayé ensuite par les médias au niveau national... On sait que Patrice Leconte a une patte, une signature, et qu'il est aussi bon dans la comédie de mœurs que dans le drame, dans la caricature comme dans l’œuvre intimiste. Comment choisira-t-il de développer cette histoire ? Restera-t-il dans l’œuvre de fiction avec, pourquoi pas, une fin heureuse, ou au contraire, restera-t-il dans l'histoire véridique... Nous en reparlerons très prochainement.

Ci-dessous le lien vers l'excellent article de Jennifer-Laure Djian sur l'annonce de ce tournage : 
http://www.lavoixdunord.fr/region/saint-omer-un-casting-pour-jouer-dans-le-film-sur-ia37b0n3184500

L'article annonçant que Patrice Leconte s'intéressait à la triste histoire de "mamie loto" :  http://www.lavoixdunord.fr/region/saint-omer-un-film-sur-mamie-loto-avec-josiane-ia37b0n3030700

lundi 23 novembre 2015

Valérie Bonneton, le sourire de la région !


Valérie Bonneton, actrice connue et reconnue dans ses rôles à la télévision (l'excellente série de France 2 : "Fais pas ci fais pas ça") et au cinéma dans de nombreux rôles. Présente à Aniche à l'occasion de l'anniversaire de l'Idéal Cinéma Jacques Tati, déjà évoqué sur ce blog, l'actrice a été copieusement félicitée pendant son court séjour anichois. Elle est également venue avec son nouveau film, présenté en avant-première : Le Grand Partage, à l'affiche fin décembre 2015. Actrice populaire, toujours heureuse de se prêter au jeu des autographes et des selfies, l'actrice a également dédicacé l'ouvrage consacré aux 110 ans de l'Idéal Ciné dont elle signe la préface !

Sa fiche Wikipédia ainsi que sa filmographie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rie_Bonneton

Voici l'article que l'édition locale de la Voix du Nord, édition Douai a consacré àla venur de l'actrice ce samedi 21 novembre, à l occasion de l'anniversaire due l'Idéal Cinéma Jcques Tati,un article signé Jean-Luc Rochat

" On la connaît tous mais sait-on qu’elle a passé son enfance et sa jeunesse à Aniche (Douaisis) ? Valérie Bonneton était ce samedi dans cette commune, pour le 110e anniversaire de l’Idéal Cinéma où elle a séduit tout le monde par sa gentillesse et sa simplicité. S’il existait un Oscar dans cette catégorie, il lui serait décerné par décision unanime du jury.
Dans une salle des mariages pleine, Aniche a rendu ce samedi un hommage à celle qui a passé son enfance et sa jeunesse ici avant de devenir célèbre. On veut parler de Valérie Bonneton, invitée à l’occasion du 110e anniversaire de l’Idéal Cinéma.
Valérie Bonneton, on l’avait déjà rencontrée il y a plus de quinze ans, en juillet 1998, toujours à l’Idéal Cinéma, venue à l’occasion de la sortie d’un bon film accueilli comme tel, Jeanne et le Garçon formidable, d’Olivier Ducastel et de Jacques Martineau. La jeune actrice d’alors y tenait le principal second rôle féminin, derrière Virginie Ledoyen qui formait, avec Matthieu Demy, le couple vedette du film. Il faut bien le reconnaître : sans faire de bruit, avec une carrière qui mixe théâtre et cinéma, Valérie Bonneton les a largement dépassés en termes de notoriété, sans jamais tomber dans la facilité, pour devenir une des actrices françaises les plus connues.
Partie simple Anichoise à Paris pour suivre les cours du cours Florent puis ceux du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, dont elle a franchi la terrible sélection, elle est revenue dans la ville de son enfance (où elle ne vient plus guère) en… femme toute simple venue avec sa fille. La célébrité change beaucoup de gens à leur insu, mais en tout cas pas elle. Abordable, accessible, mettant à l’aise, gentille, naturelle… On pourrait aligner tous les adjectifs de ce genre que contient le dictionnaire pour la décrire. En y ajoutant le mot de magicienne car cette attitude a vite jeté un charme et a transformé cet instant en vrai moment de retrouvailles affectueuses avec le public. Cette qualité, comme elle l’a indiqué, c’est le Nord qui lui a naturellement donné. « Je suis partie vivre avec mes parents à Rouen (après Aniche mais avant Paris). Là-bas je disais bonjour à tout le monde, comme on le fait ici. Mais on me prenait pour une folle car justement là-bas cela ne se fait pas. » Une qualité qui l’a aidée à devenir une grande actrice populaire, comme elle le reconnaît volontiers : « Si aujourd’hui j’ai pu faire ce métier c’est grâce à ce que je suis, à mes racines. »
Marc Hemez, le maire, l’a félicitée pour sa réussite et lui a remis la médaille de citoyen d’honneur de la ville.
Avant, Valérie Bonneton, émue, aura bien embrassé ses deux tantes, discuté avec toutes celles et ceux venus lui rappeler des souvenirs communs (anciens amis de jeunesse, ancienne institutrice, professeur, voisin…). Puis ont suivi, après la remise de médaille, les innombrables sollicitations pour être prise en photo avec elle. Valérie Bonneton n’en a refusé aucune. La célébrité ne lui est pas montée à la tête. Aniche et le Nord ne trouveront jamais une meilleure ambassadrice.





jeudi 19 novembre 2015

Anniversaire de l'Idéal Jacques Tati de Aniche !

Ce samedi, jour de fête à Aniche autour de sa salle obscure, l'idéal Ciné d'Aniche célèbre ses 110 ans d'existence !!!! Cet anniversaire fait de l'idéal Jacques Tati un des plus vieux cinémas encore en activité dans le monde ! D" plus, ce cinéma s'inscrit dans une démarche patrimoniale, liée à sa population ouvrière et verrière ! Le lien est indissociable entre les anichois et l'écran de la salle. Placé à côté de l'église de la commune, il est un temps des loisirs et de l'émerveillement. C'est autour de cette dynamique - car cette centenaire se porte bien - que Serge Ottaviani, les élus locaux et les responsables du cinéma vont fêter avec les anichois leur cinéma ! Des festivités sont programmées tout au long de l'année avec comme jour inaugurale, ce samedi 21 novembre : présentation du livre officielle de l'histoire de l'Idéal et présence exceptionnelle de l'enfant du pays, l'actrice Valérie Bonneton qui a fréquenté assidûment la salle de l'Idéal pendant sa jeunesse. Elle y présentera son nouveau film sur les écrans nationaux fin décembre ! D'autres séances exceptionnelles, des manifestations, des expositions auront lieu toute l'année !
Une grande exposition sur le cinéma a lieu également pour cette commémoration : Pour les 110 ans de l’Idéal-Cinéma, c’est une belle exposition qui sera proposée aux anichois intitulée tout simplement "Le Cinéma s’expose". C’est le nom également d’une association qui a pour objectif d’être un acteur efficace dans la sauvegarde et la valorisation du matériel cinématographique français. Après 30 ans de recherche, les frères jumeaux François et Hervé Loubeau ont rassemblé près de 8 000 pièces, objets rares ou insolites, et quelques 80 000 documents des années 1750 aux années 2000, parmi lesquels : le praxinoscope théâtre d’Emile Reynaud, la première caméra-projecteur des Frères Lumière, la caméra Debrie Parvo utilisée par Jacques Tati pour "Jour de Fête", la caméra Mitchell qui a tourné "Borsalino", "La Grande Vadrouille", "La Folie des Grandeurs" ou encore la Palme d’Or du 1er festival de Cannes de 1939 non attribuée pour raison de déclaration de la seconde guerre mondiale. Voilà une partie de la collection que vous pourrez découvrir : du jeudi 19 au jeudi 26 novembre salle Louis-Pol avec un vernissage le samedi 21 novembre à 18 h !
Enfin, ce week-end de festivités va se terminer par la projection de films muets et d'un ciné-concert : revivre les débuts du cinéma avec au programme 13 courts-métrages, un ciné-concert intitulé "Les pionniers du cinéma", conçu par l’instance Nationale Ecole et Cinéma. Le 28 décembre 1895 a lieu le première séance du cinématographe Lumière. On y découvre un train arrivant en gare, une sortie d’usine, des images des pays lointains, des vues d’à peine une minute, muettes en noir et blanc. Puis très vite, les films deviennent plus longs, on les accompagne avec de la musique, on y ajoute de la couleur. C’est le temps des départs sur la lune, des dinosaures apprivoisés et des attaques de trains par les bandits. Premières fictions, premiers trucages, premiers dessins animés, premiers western : Les pionniers du cinéma ouvrent à tous les possibles. En 13 films, le programme raconte leur histoire, nous emmène à leur rencontre, vous invite à la découverte de ces premières fois. Les films seront accompagnés par trois musiciens : le dimanche 22 novembre à 17 h à l’Idéal Cinéma Jacques-Tati

Retrouvez l'ensemble des articles consacrés à l'Idéal Jacques Tati et aux autres cinémas anichois avec ce lien :

Voici quelques articles et documents autour de cet anniversaire et de l'histoire de cette salle... Nous en reparlerons bien sur !  

L'ouvrage de Serge Ottaviani et de Roger Facon sur l'histoire de l'Idéal !










Quelques pièces de collection présentées lors de cette grande exposition


La salle Jacques Tati en 2008 !




Vue en direction de la scène / écran depuis le balcon. Date difficile à trouver...

lundi 16 novembre 2015

Des événements à venir...

Cette fin d'année approchant montre à quel point le cinéma régional, que ce soit les films ayant pour cadre la région ou tournés ici ou l'exploitation cinématographique, est dynamique...
Qu'on en juge par ces événements déjà annoncés sur ce blog...
- A Aniche : les festivités autour de l'anniversaire de l'Idéal-Jacques Tati s'annonce comme l'événement de cette fin novembre, mais aussi des prochains mois... Une après-midi de gala est programmée le samedi 21 novembre avec la présence de l'actrice Valérie Bonneton pour la présentation en avant-première de son prochain film "Le Grand Partage" qui sort le 23 décembre. Lors de cette journée, un livre consacré à histoire de cette salle de cinéma, une des plus anciennes encore en activité dans le monde, sera présenté au public. L'un de ses auteurs, Serge Ottaviani, sera le Monsieur Loyal de cet après-midi. L'actrice Valérie Bonneton a fréquenté ce cinéma pendant ces jeunes années. Anichoise, elle a connu ses premiers frissons d'actrice dans cette salle lorsqu'elle était collégienne et lycéenne. Nul doute qu'il y aura ainsi beaucoup d'émotion lors de cet après-midi. Nous en reparlerons...


- A Saint-Omer, le film tourné l'année dernière avec Fabrice Luchini sort sur les écrans ce 18 novembre. Son titre, "L'Hermine", son réalisateur : Christian Vincent, réalisateur très connu, notamment avec son grand succès : "La Discrète" avec Luchini et Judith Henry. Auréolé d'un prix pour l'acteur, assombri par de sombres déclarations nauséabondes qu'a fait ce même acteur sur la région et sa population (nous n'y reviendrons pas...), ce film montre une ville et sa Cour d'Assises. De nombreux plans et séquences ont été tournés à Saint-Omer et les premiers échos, très favorables montrent une ville sublimée par la caméra, de nombreuses rues, la place sont très identifiables et la ville et la région sont mis à l'honneur dans ce film qui aurait pu être tourné n'importe où...


- A Béthune plus rien ne semble s'opposer au lancement du nouveau complexe de la ville. Les travaux vont pouvoir débuter avec la création d'un nouveau complexe dans notre région. Concernant la création de nouvelles offres cinéma, saluons aussi la prochaine construction d'un complexe de 8 salles à Abbeville. Cette autorisation a été donnée à CGR dans l'ancienne sucrerie. Son ouverture est prévue pour 2017, et bien sur, nous en reparlerons avec un prochain zoom sur les cinémas de cette ville...  
Lien vers l'article de la Voix du Nord édition Béthune : http://www.lavoixdunord.fr/region/bethune-la-cour-d-appel-de-douai-dit-oui-aussi-ia30b53934n3158004
Lien vers un article du Courrier Picard annonçant les mutations en cours à Abbeville :  http://www.courrier-picard.fr/region/abbeville-le-multiplexe-vise-la-fin-du-rex-ia174b0n545350
- A Arras: le festival du film a été cette année un grand succès. Le public était au rendez vous des multiples manifestation plus comme un grand rendez-vous du 7eme Art plus comme un grand rendez-vous du 7eme Art : http://www.lavoixdunord.fr/region/record-d-affluence-pour-l-arras-film-festival-avec-ia29b6340n3163411
- A Roubaix, le lancement officiel de la grande manifestation Cinémachina a été officialisé pour sa dixième année et a été acté pour le dimanche 24 janvier ! Ce lancement sera aussi celui d'une année 2016 qui s'annonce faste avec de multiples événements, expos et conférences autour du cinéma : à Lillers en janvier/février, à Saint-Omer un peu plu plus tard au printemps ou à la Coupole d'Helfaut (mais chuuut, nous en reparlerons, il encore un peu trop tôt...)

Sans oublier le triomphe des séries made in Nord-Pas-de-Calais dont les tournage se poursuivent dans la région : Les Petits meurtres d'Agatha Christie, Commissaire Magellan et prochainement "Petit Quinquin pour une seconde saison) et le tournage de nouvelles œuvres d fiction, notamment avec Isabelle Adjani à Tourcoing : http://www.lavoixdunord.fr/region/metropole-lilloise-un-casting-recrute-des-figurants-pour-ia24b58797n3143330


mercredi 11 novembre 2015

Cinémachina 2016 !

Cinémachina, la grande manifestation-brocante-salon du cinéma organisé par Daniel Najberg est de retour pour sa dixième (comme le temps passe vite) édition le dimanche 24 janvier, toujours à la Condition Publique de Roubaix. Tous à vos agendas pour saluer ces dix ans et surtout, parler, se rencontrer et voir le cinéma ! Cette année, nouveauté, le 9eme Art accompagne le 7ème avec notamment une probable conférence autour du cinéma dans l'oeuvre d'Hergé : Tintin et le cinéma, les adaptations cinématographiques, la présence des salles obscures dans les cases de la BD, etc... 
Professionnels et amateurs,collectionneurs et exposants, on vous invite à prendre contact avec l'organisateur en vue de faire de cet événement une véritable réussite et battre les records d'influence des années précédentes ! 



Nul doute que cette première vignette de l'album "Coke en Stock" et présentant Tintin
dans une salle de cinéma sera abondamment commentée dans la conférence sur "Tintin et le cinéma"


mardi 10 novembre 2015

Un article sur l'Idéal-Jacques Tati de Aniche

Les festivités-commémorations autour du cinéma anichois : le Jacques Tati, précédemment nommé l'Idéal Cinéma s'annoncent grandioses et importantes, à l'image de ce que représente le cinéma pour notre région. En effet, l'Idéal Jacques Tati est le plus ancien cinéma de la région encore en activité ! Il est évident que nous reparlerons très très prochainement de cet anniversaire et du livre qui va incessamment sous peu sortir de presse.... Et de la grande journée de présentation du livre qui s'annonce le samedi 21 novembre, en présence de l'actrice Valérie Bonneton qui, petite et adolescente, fréquentait ce cinéma! 
Voici ci dessous l'article paru ce lundi 9 novembre sur l'Idéal avec une belle interview du grand organisateur de ces commémorations Serge Ottaviani


dimanche 8 novembre 2015

Un article de La Voix du Nord sur les cinémas à Hesdin

Ce dimanche 7 novembre, la Voix du Nord, édition Montreuil/Mer publie un article d'histoire locale sur les cinémas de Hesdin. Un article de Philippe Lambert qui a eu la gentillesse de me téléphoner il y a peu pour avoir d'autres documents et informations sur ces salles hesdinoises. Qu'il soit soit vivement remercié de son geste et de son attention avec la dernière phrase de son article. Encore merci à lui. 
Voici le texte de son article : 
Il fut un temps, inimaginable, où Hesdin possédait non pas un mais deux cinémas. Depuis 25 ans, la ville en est privée. Retour sur ces grandes heures.

28 août 1988 : le Familia ferme ses portes. Il finit comme l’avait prophétiquement chanté Eddy Mitchell dans « La Dernière Séance », en supermarché. Pendant un demi-siècle, ce joli cinéma avec sa façade art déco en faïence de Desvres - il est établi dans une ancienne faïencerie - aura animé les soirées de la ville. Propriété d’un certain M. Duvauchelle avant-guerre, il est repris à la Libération par une famille originaire d’Albert, les Durot. Ils tiendront la salle jusqu’à sa fermeture, avec l’aide indéfectible d’un grand nom d’Hesdin, les Bayard. Durant 38 ans, Gilbert y projette près de 4000 films, sans jamais pour autant en être officiellement le projectionniste, Ginette est ouvreuse, Hervé, le fiston, donne un coup de main. Une autre époque.
Le Familia n’était pas un boui-boui. A l’origine, 700 spectateurs peuvent y prendre place et le spectacle est de qualité. Que ce soit pour le Cinémacope ou le procédé Surround, Le Familia sera toujours parmi les premiers. On se souvient des spectacles de catch, des matches de boxe mais aussi des films X dont c’est l’âge d’or dans les années 70, et pour lesquels on venait de loin. Tué comme beaucoup d’autres par la cassette vidéo, le Familia ne résiste pas aux années 80 et Gérard Durot se résoud à mettre la clé sous la porte tandis que la municipalité n’apporte pas de soutien. « Hesdin privé de 7e art, c’est bien triste » : ainsi l’écrivait La Voix du Nord le 7 septembre 1988. On ne saurait dire mieux en 2015.
Electra-Ciné, voilà qui fleure bon le film de science-fiction des années 50. C’était le nom de l’autre cinéma d’Hesdin, situé impasse du Moulin. Un endroit pittoresque : contigu à l’usine électrique (l’actuelle résidence du Moulin), le bâtiment composé au rez-de-chaussée d’un dancing et à l’étage de la salle de projection, est situé au-dessus de la Canche ! Aux problèmes d’humidité s’ajoutent les risques d’incendie liés à l’omniprésence du bois et la faculté des spectateurs à enfumer l’endroit. L’Electra-Ciné ferme dans les années 50. De deux cinémas, Hesdin sera passé à un puis zéro. Peut-on rêver à nouveau ? La piscine s’est bien fait attendre 16 ans. Il ne faut jamais désespérer à Hesdin.
Sources : http://cinemasdunord.blogspot.com, un fabuleux blog tenu par Olivier Joos, professeur d’histoire-géographie à Fauquembergues

samedi 7 novembre 2015

Un cinéma itinérant à Amiens !!

Déniché sur un site de vente de cartes postales anciennes, voici une vue d'un cinéma itinérant installé à Amiens pour la foire annuelle de mars, d'une durée de 1 mois. On sait qu'il s'agit de la préfecture de la Somme car en arrière plan, on devine le cirque municipal très reconnaissable et construit en 1889. Contrairement au cinéma forain qui se produisaient comme leur nom l'indique lors des foires, fêtes foraines et ducasse en compagnie d'autres loges (manèges, tirs au pigeons, loteries diverses), le cinéma itinérant est celui qui allait de ville en ville indépendamment d'un calendrier de foires et ducasses. Il suit son propre calendrier, allant de places en places, de villes en villes suivant un itinéraire qui lui est propre. On retrouve ce type de structure à la lecture des journaux, mais il est bien difficile de l'évoquer en dehors d'un long et patient travail aux Archives Départementales en piochant dans les journaux de la Belle Epoque. 
La carte postale présentée ci-dessous nous montre une grande loge. On distingue son armature en fer, mais on se sait pas si on la monte ou si on la démonte. Il y a cependant l'entrée, grande, monumental, avec l'inscription bien visible : "Ciné Opéra Mondial". La légende de la carte nous indique également que les propriétaires-directeurs de cet établissement sont les frères Vigreux. Une recherche sur internet a malheureusement abouti à une impasse. Difficile de retrouver ailleurs des traces de leur passage et il est, pour l'heure, impossible d'évoquer ces frères. Une étude des passages de ces tourneurs dans le bassin minier du Pas-de-Calais se révèle aussi une impasse : les frères Vigreux n'ont, semble-t-il pas été à Douai, Lens, Béthune...
L'ami Jean-Marie Prévost nous donne quelques autres détails concernant cette loge : en 1911, un certain Vigreux installe un cinéma sédentaire à Amiens. S'agit-il du même homme, quelqu'un de la famille, un des deux frères ou est-ce un hasard ? 
Rappelons que le cinéma itinérant est de deux types : l'itinérant qui ne possède pas de chapiteau ni de bâtiments et qui propose des séances au fil des villes dans les salles des fêtes, salles municipales, théâtres etc... et les grands et imposants itinérants qui proposent des séances dans des chapiteaux comme ici avec les frères Vigneux. Pendant près de 10 ans, jusqu'à la Première guerre mondiale, cinéma forain et itinérants (avec ou sans chapiteau) se sont côtoyés et ont été la seule façon de voir le cinéma avant la création des premières salles fixes sédentaires, apportant hebdomadairement la dose de cinéma à une population avide de nouvelles images animées. 



vendredi 6 novembre 2015

Du changement au cinéma Trois As au Touquet

La Voix du Nord édition Montreuil vient de publier ce 5 novembre un article nous informant du prochain changement à tête du cinéma emblématique : Les Trois As du Touquet. Voici ci-dessous l'article signé Olivier  Merlin : 

Ce n'est pas une surprise. Joe Pécourt, le propriétaire du cinéma Les 3 As, agé de 68 ans, voulait se retirer des affaires depuis un certain temps. L'entrepreneur a enfin trouvé un successeur en la personne de Lionel Chaffiol. Ce bourguignon a de nombreux projets en tête, notamment celui d'augmenter le nombre de séances quotidiennes. 
Une information qui fera taire les rumeurs d’une fermeture de l’unique cinéma de la station ? Ce jeudi, Jo Pécourt, emblématique propriétaire des 3 As depuis 1982 a annoncé son départ. « Je pensais à ma retraite bien méritée depuis un certain temps, a-t-il plaisanté devant le maire Daniel Fasquelle qui lui remettra prochainement la médaille de la ville. Nous cherchions un repreneur. Beaucoup étaient intéressés. Mon choix s’est porté sur Lionel Chaffiol. »

Du pop-corn !

Âgé de 48 ans, le nouveau patron du cinéma a travaillé une trentaine d’années dans les salles obscures de la Bourgogne. Pour racheter le cinéma du Touquet (les murs restent la propriété de Jo Pécourt), Lionel Chaffiol s’est associé avec Olivier Sulpice, le patron d’une maison d’éditions pour créer la SAS « Ciné grand angle ».
« J’ai pas mal d’idées en tête. On veut faire bouger les choses », confirme le chef d’entreprise. Les clients constateront prochainement l’arrivée d’une seconde caisse pour fluidifier le flux des spectateurs patientant parfois dans la rue. Autre nouveauté, plus de séances seront programmées quotidiennement. On passera de trois séances simultanées à quatre. « Qui dit plus de séances, dit plus de films programmés » mais aussi plus de spectateurs. Lionel Chaffiol espère faire progresser le nombre d’entrées vendues. Il était de 140 000 pour toute l’année 2014.
En 2017, un chantier de plus grande ampleur interviendra, celui de la mise aux normes pour les personnes handicapées. Un ascenseur sera notamment installé.
On allait oublier : le pop-corn arrive, si, si ! « Je me suis toujours refusé à faire du pop-corn», a souri Jo Pécourt. Laurent Chaffiol n’imagine pas un cinéma sans boule de maïs caramélisé. Et nous non plus !

Photo La Voix du Nord

mercredi 4 novembre 2015

Le dossier du Parisien Aujourd'hui en France sur le cinéma dans le Nord !

Il y a plus d'une semaine, je relatais ici même le dossier consacré aux films tournés dans la région Nord-Pas-de-Calais publié par le magazine du quotidien Le Parisien Aujourd'hui en France.
Voici les pages scannées de ce dossier. J'ai supprimé les publicités (on peut sans passer)... Bien sur, à la lecture de ce dossier et de ses illustrations, on tombe forcément dans le cliché et la facilité (ben oui, le cinéma dans le Nord, c'est forcément DanyBoon et Line Renaud !). Ecrit par des parisiens (forcément, c'est le nom du journal), on tombe inévitablement dans l'image représentative typique du Nord et on garde uniquement comme films références les grandes productions tournées dans la région, en faisant fi du dynamisme culturel cinématographique de nos deux (et futurs cinq) départements... Alors oui, ami du Parisien-Aujourd'hui en France et autre nom de votre journal, le Nord, ce n'est pas que Danyboon (heureusement), et les films ne sont pas forcément des œuvres dépeignants une certaine misère sociale... Mais saluons tout de même les photos de Louis Bourgoin sur les routes de notre région (forcément des pavés, bonjour le cliché)), mais ouf...il fait beau, y a du soleil sur ces photos (merci au rédac chef de ce magazine de ne pas avoir mis Danyboon en une...) ! 
Bonne lecture









samedi 31 octobre 2015

"Bruitte et Delemar, les champions de la réclame..."

"Avec Bruitte et Delemar, c'est de l'or en barre"... Quand on parle aux anciens exploitants de cinéma de leurs relations avec les maisons de location de films et situés à Lille, un nom revient dans les conversations : Bruitte et Delemar. Et avec cette société, c'est également un pan de leur propre histoire qui revient dans leur mémoire : les relations avec les agents lillois des maisons de location lors des retours et prises de bobines chaque vendredi, les allers et retour vers la capitale des Flandres quand, à l'époque,il n'y avait pas pléthore de routes comme aujourd'hui. Ce qui revient surtout lorsqu'on évoque cette société Bruitte et Delemar, c'est la force de leur slogans et annonces toujours dithyrambiques en tout genre. Bruitte et Delemar savait ancrer leur nom dans l'imaginaire de la profession d'exploitants. Ils ont également souvent placés leurs réclames dans les revues professionnelles dont vous trouverez un petit florilège ci dessous trouvés dans les revues de l'époque, avec en prime quelques pages d'un agenda de l'année 1952 offert aux exploitants... Enfin, mentionnons également que cette société s'est aussi lancée dans la production d'oeuvre 100% régionales avec deux productions pour l'artiste Simons, à la fois acteur et réalisateur et qui ont déjà été évoquées sur ce blog : Le Fraudeur et le Mystère du 421. Deux films, les deux seuls de Simons... et les deux œuvres uniques de Bruitte et Delemar en tant que producteur. L'histoire de cette société reste à faire. Si un descendant de cette société me lit, si des anciens exploitants ont des anecdotes, des anciens employés de cette société me lisent, je suis tout ouïe pour écouter et retranscrire cette histoire de Bruitte et Delemar qui mérite d'être sauvegardé !  










vendredi 30 octobre 2015

Le Rex de Roye

L'ami Jean-Marie Prévost nous présente une grande salle de cinéma de la ville de Roye dans la Somme : le cinéma Rex...





Ce cinéma apparaît en 1950.Il est située boulevard du Nord à Roye et possède 540 places en 1950, puis il passe à 575 places vers 1960. Il est exploité par Francis Klopp en 1950, puis par Roger Carpentier vers 1963 et en 1970 c'est M Leclerc qui le dirige. Il ferme au début des années 1980 et deviendra une pizzeria puis une discothèque et restaurant comme le montre la seconde photo.
Ce cinéma possédait un café attenant à la salle. Une particularité sur le matériel de cabine : il possédait des appareils 35mm de marque anglaise Type Kalee 2 avec lanterne de marque française de marque Fersing type VF50.Vers 1974, un des deux appareils ayant cessé de fonctionner, ils sont remplacés par 2 appareils 35mm Microtechnica. Ces appareils venaient du cinéma Lumière de Boulogne-sur-Mer, une salle aujourd'hui détruite. Le Rex avait un écran de 9 mètres de base. La chaîne sonore était de marque Phillips ampli à lampes de type 2788 avec hauts parleurs de scène de la même marque.

La fiche sur ce cinéma de l'excellent site de Laurent Comar : 




mercredi 28 octobre 2015

Christophe Rossignon, un grand producteur du Nord !

Ce mercredi, alors que sa dernière production sort sur les écrans le 4 novembre prochain : "En mai, fais ce qu'il te plait" (déjà évoqué sur ce blog), La Voix du Nord consacre un long portrait à une figure régionale du cinéma, le producteur Christophe Rossignon, né à Ohain dans l'avesnois.

Christophe Rossignon, tel qu'en lui-même : simplicité et efficacité.
Photo issue de la Voix du Nord, Photographe Thomas Lo Presti
Le lien vers cet excellent entretien réalisé par Philippe Lagouche :
http://cine.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2015/10/27/christophe-rossignon-producteur-ambitieux-et-genereux-14310.html


Un excellent article sur le compositeur roubaisien Pierre Jansen



La Voix du Nord a consacré un excellent article sur le compositeur de musique de films Pierre Jansen, décédé à l'âge de 85 ans en août 2015. "Que la bête meure", "Le Boucher", Jansen est le compositeur attitré des films de Claude Chabrol.

Voici le lien vers cet article :
http://www.lavoixdunord.fr/region/le-jour-ou-jansen-rencontre-chabrol-ia24b58797n3123414


lundi 26 octobre 2015

Les cinémas de Vieux-Condé

L'ami Jean-Marie Prévost nous donne des informations historiques concernant les deux salles de cette ville de 10.000 habitants dans l'arrondissement de Valenciennes. 

Le cinéma Familia est situé au 21 rue Gambetta. Depuis, il a été transformé en salle de spectacles. Il possédait 400 places. En 1950 c'est Mme (ou Melle ?) Sireuil et Mr Descamps qui gèrent ce cinéma. Puis, vers 1960, c'est toujours Mme (ou Melle ?) Sireuil et Mr Descarpentries qui s'en occupent. La date de fermeture est malheureusement inconnue...
Ce bâtiment est devenu aujourd'hui l'Espace Boris Vian. 
Voici un article de La Voix du Nord du 29 mai 2014, signé par Dominique Wibaut et qui lui est consacré : 



Un autre cinéma fait son apparition à Vieux-Condé entre 1950 et 1960 : le Caméo situé au 7 place de la République. Il possédait 550 places et était géré par le circuit de cinéma de Mr Charles Lahaye et Mme veuve Huart. Ces exploitants avaient aussi les cinémas Américain et Apollo à Wingles, les Varietes à Pont-à-Vendin, le Rio à Annay-sous-Lens, puis, dans les années 80, ils exploiteront le complexe Sully à Béthune jusqu'à sa fermeture.


Cette photo ci-dessous est le seul bâtiment trouvé, place de la République, sur Google Map et ressemblant à un cinéma. Nous sommes à la recherche de photos de ces cinémas (comme de tous les autres d'ailleurs...).Si vous êtes également de la famille de Mme Sireuil, Mr Descamps et de tous ceux nommés dans ce message ou les autres, nous recherchons des documents et informations...

samedi 24 octobre 2015

Le magazine Aujourd'hui en France parle du cinéma dans le Nord !!

Le supplément magazine du quotidien Le Parisien - Aujourd'hui en France fait un dossier sur le Nord au Cinéma !! Les tournages, les films emblématiques du Nord, les clichés,... Nous en reparlerons prochainement !! Ce magazine est en kiosque en ce moment... 


lundi 19 octobre 2015

Une expo en préparation sur les cinémas de Lillers

La municipalité de Lillers, le service culturel de Lillers, et le blog cinemasdunord préparent une grande exposition sur les cinémas de cette ville pour janvier 2016 ! Le Palace dirigé par Louis Pennequin, mais aussi le Cinéma des Familles de Mr Meyer et situé rue de Verdun et le cinéma du curé à la salle Sainte-Cécile de Victor Rault seront au cœur de cette rétrospective. 

Si vous possédez des informations, des renseignements, des documents, d'anciens tickets de cinéma, des cartes postales anciennes, des photographies (même si on voit l'un des trois cinémas en arrière-plan), tout cela nous intéresse... 
Si vous vous êtes rencontrés dans l'un de ces cinémas et que vous vous êtes mariés ensuite ou que vous n'avez vécu qu'un béguin sans suite, cela nous intéresse également, venez raconter votre souvenir de cinéma, votre première fois au cinéma, comme votre premier baiser échangé au cinéma...
Si vous êtes de la famille de l'un de ces trois hommes qui ont dirigé ces cinémas : les familles Pennequin, Rault et Meyer, cela nous intéresse également. Vous connaissez peut-être aussi des gens qui ont travaillé dans ces cinémas : projectionniste, ou au guichet, ou ouvreuse, ou vendeur de friandises... cela nous intéresse aussi...
Vous avez vécu, habité près de l'un de ses trois cinémas, vous avez peut-être aussi des anecdotes qui méritent d'être racontés, sauvegardés...
CONTACTEZ  NOUS !!!
Par mail : joosolivier@gmail.com 
ou au service culture de la ville de Lillers : m.devance@mairie-lillers.fr
Vous pouvez également vous rendre directement à l'ancien cinéma Palace qui accueille aujourd'hui le service patrimoine de la ville. Les documents y seront scannés et rendus immédiatement.

Le Palace sera au coeur de cette expo

dimanche 18 octobre 2015

Daniel Granval poursuit la publication de ses mémoires.



Peu à peu, lentement mais surement, Daniel Granval, babyboomer, cinéphile passionné et passionnant, ancien responsable de la programmation du Flandria de Bailleul, manitou du Club Cinéma de Merville,... publie ses mémoires cinéphiliques sur son blog avec sa verve et son franc parler que tout le monde reconnait. Quelques chapitres ont déjà été relaté sur ce blog... Petites piqûres de rappel et liens vers les nouveaux...
N'hésitez pas à découvrir une tranche de vie d'un passionné de cinéma...
Voici les liens afin de découvrir et/ou redécouvrir ces souvenirs en 9 chapitres bien illustrés...

http://daniel.granval.over-blog.com/article-le-cinema-et-moi-chapitre-1-deux-fauteuils-un-strapontin-121751845.html
http://daniel.granval.over-blog.com/article-le-cinema-et-moi-ch-2-122598461.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2014/05/le-cinema-et-moi-chapitre-2-requiem-pour-un-cinema.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2014/08/le-cinema-et-moi-chapitre-4-premiere-seance-a-lille.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2014/09/le-cinema-et-moi-ch-5-la-periode-militaire.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2014/11/le-cinema-et-moi-ch-6-le-pourboire-est-le-salaire-de-l-ouvreuse.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2015/01/le-cinema-et-moi-ch-7-no-trespassing.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2015/07/le-cinema-et-moi-ch-8-embrouille-avec-l-artiste.html
http://daniel.granval.over-blog.com/2015/10/le-cinema-et-moi-ch-9-le-club-cinema.html


jeudi 15 octobre 2015

Le cinéma Variétés de Aubigny-en-Artois

Peu à peu, le temps efface les souvenirs du cinéma Variétés de Aubigny-en-Artois. 
Petite ville sur l'axe Arras / Saint-Pol-sur-Ternoise, Aubigny subit la périurbanisation de son territoire et devient une ville-dortoir. Petit bourg rural, c'était "LA ville" comme on disait jusqu'aux années 70 quand les paysans et agriculteurs des campagnes environnantes devaient se rendre vers la localité importante toute proche pour y trouver la banque, la Poste, un vétérinaire, quelques commerces et, le marché hebdomadaire... Peu à peu, les activités économiques ont muté, la population a évolué, et les commerces comme les services publics ont accompagné ces changements. Comme la boucherie du coin, l'épicerie ou la mercerie, le cinéma implanté à Aubigny depuis des décennies a décliné puis a fermé ses portes. Il a déserté les petits villes. La salle a été abandonnée pour finalement être détruite. A sa place... un parking et un agrandissement de la Poste toute proche. Les souvenirs de ce cinéma disparaissent. Son illustre exploitant qui s'est ensuite installé à Bray-Dunes pour y vivre sa retraite, Fortuné Viart est décédé en décembre 2009. Cela faisait déjà des années que le salle avait été rasée. 
Si des lecteurs ont des souvenirs de ce cinéma, des anecdotes, des documents, pas de souci, ce blog leur ouvre les portes !! Des historiens amateurs et érudits locaux de Aubigny s'ils ont des connaissances sur Aubigny et ce cinéma, je suis à eux... 

Ci-dessous, deux photos, la première une carte postale ancienne dénichée par Bernard Warin. La seconde est une vue Google StreetView du même endroit de nos jours. 




Cette salle a déjà fait l'objet de deux fiches dont voici les liens :
 http://cinemasdunord.blogspot.fr/2009/02/les-varietes-daubigny-en-artois.html
 Hommage aussi à son illustre propriétaire, Fortuné Viart :
 http://cinemasdunord.blogspot.fr/2010/08/hommage-fortune-alcideviart.html


dimanche 11 octobre 2015

Le douaisien Georges Demeny à l'honneur dans La Voix du Nord



Ce dimanche, le douaisien et précurseur du cinéma Georges Demenÿ est à l'honneur dans un article d'une page dans la Voix du Nord ! Ce sont ces travaux sur la décomposition du mouvement qui ont failli faire de ce scientifique le véritable inventeur du cinéma... mais les frères Lumière l'ont devancé en développant l'idée de l enregistrement et de la projection de ces images sur un écran...
A lire :
http://www.lavoixdunord.fr/culture-loisirs/georges-demeny-ce-douaisien-qui-avait-invente-le-cinema-ia0b0n3059997


vendredi 9 octobre 2015

Un nouveau document sur le Palace de Lillers...

L'ami Bernard Warin nous propose un nouveau document sur le Palace de Lillers.
Trouvé sur un site de vente en ligne de vieux papiers, cartes postales anciennes et autres, ce document est - d'après ce site marchand et son vendeur - une reproduction format photo / carte postale de la publicité que l'on pouvait trouver sur l'écran du cinéma lillerois. Preuve à l'appui, au recto de ce cliché, on trouve tapé à la machine à écrire le nom du cinéma ainsi que le tampon de l'agence photographique qui a réalisé ce cliché et cette composition publicitaire. Il est bien sur à signaler que ce type de documents est extrêmement rare (ce qui explique certainement le prix prohibitif qu'en propose le vendeur... et l'intérêt qu'aurait une Cinémathèque régionale de se le procurer).
Un texte a déjà été publié sur ce blog rappelant l'ambiance d'une salle de cinéma, l'impatience du public qui s'installe en attendant le début de la séance. Certains souvenirs de spectateurs rappellent les moments passés à regarder le panneau publicitaire des commerçants locaux, en attendant que ce panneau se repli afin de laisser place aux premières images des bandes annonces ou des publicités. C'était surtout l'occasion aux commerçants, aux magasins, aux producteurs locaux de faire découvrir leurs produits, de donner leurs adresses avec des typographies variées, des dessins... On sait également que c'est en vendant ce type de déroulants publicitaires, ainsi qu'en vendant des murs peints publicitaires qu'un jeune valenciennois, Jean Mineur a débuté dans les années 20...
Pour retrouver l'ambiance d'une salle de cinéma :